BFMTV

Sting: "J'ai beaucoup aimé comment Macron a détourné le slogan de Trump"

Le chanteur Sting en mai 2017 à Mexico

Le chanteur Sting en mai 2017 à Mexico - Julio Cesar Aguilar - AFP

Le très francophile Sting présidera les Victoires de la musique vendredi. Il détaille dans le JDD sa relation avec notre pays et évoque le président Macron.

Il sera président d'honneur des Victoires de la musique, vendredi prochain. Sting prépare également un album avec Shaggy. Le Britannique francophile évoque dans un entretien accordé au JDD son rapport à la France. Entre le chanteur, qui a été le premier à jouer au Bataclan après les attentats et l'Hexagone, c'est une longue histoire.

"Fan absolu de Jacques Brel, même s'il était belge", Sting confie également adorer "Françoise Hardy pour sa délicatesse et Edith Piaf, qui était une sort de Billie Holiday française". L'ex leader de The Police raconte aussi avoir écrit la chanson Roxanne "dans un hôtel derrière la gare Saint-Lazare", après y avoir vu une affiche de Cyrano de Bergerac (dans la pièce d'Edmond Rostand, le héros est épris de sa cousine, Magdelaine Robin, dite Roxane). "J'ai imaginé l'histoire d'une fille de rien, très triste, que j'ai appelée Roxane", évoque le chanteur.

Bono et Rihanna reçus à l'Elysée

Sting s'exprime également sur les présidents français - il a rencontré François Mitterrand et Jacques Chirac - et notamment Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat a reçu Bono à l'Elysée, mais aussi Rihanna, pour parler développement et éducation. Mais c'est son engagement écologique qui a plutôt interpellé Sting:

"J'ai beaucoup aimé comment il a détourné le slogan de campagne de Trump pour dénoncer son désengagement de l'accord de Paris: 'Make our planet great again'".

C'était en juin 2017, peu après l'élection présidentielle et au lendemain de l'annonce du retrait américain de la Cop 21. Emmanuel Macron s'était exprimé, comme Donald Trump, dans un tweet, empruntant au président américain son propre slogan.

M. R.