BFMTV

Eurovision 2019: Bilal Hassani garde le sourire malgré sa 14e place

Bilal Hassani lors de la finale de l'Eurovision 2019 à Tel-Aviv.

Bilal Hassani lors de la finale de l'Eurovision 2019 à Tel-Aviv. - Jack Guez - AFP

Le jeune chanteur, qui a représenté la France samedi soir avec son titre Roi, garde le sourire malgré sa 14e place.

Déception pour les fans de Bilal Hassani. Le chanteur, qui défendait ce samedi soir le drapeau tricolore lors de la 64e édition de l'Eurovision, n'a décroché que la 14e place. C'est le grand favori de la compétition, Duncan Laurence, le représentant des Pays-Bas, qui a remporté le concours, qui se tenait à Tel-Aviv.

Mais hors de question pour Bilal Hassani de perdre le sourire. Interrogé au micro de BFMTV, le jeune homme de 19 ans s'est dit "très content" du résultat. 

"Je suis trop trop trop content. Mon rêve s'est réalisé au moment où j'ai mis les pieds sur scène pour commencer à chanter Roi. Et le reste, c'était du bonus. 14e, c'est très très bien", a-t-il confié. 

Envoyer un message honnête

"Je le dis depuis le début, mon intérêt à faire cette aventure, à participer à l'Eurovision et à faire cette performance en particulier, présenter ce morceau-là, c'était vraiment d'envoyer un message honnête aux gens et de leur dire qu'ils peuvent être ce qu'ils veulent être, et qu'ils peuvent vivre en étant qui ils sont", a ajouté l'artiste.

"Moi, j'ai réalisé mon plus grand rêve en montant sur la scène de l'Eurovision et j'ai prouvé à tout ceux qui m'ont dit que c'est impossible, que si, c'était possible. Je l'ai fait. Je suis très fier et je n'aurais rien fait différemment. Si ça a touché ne serait-ce qu'une seule personne devant son téléviseur, c'est gagné pour moi", a-t-il poursuivi, assurant ne ressentir "aucune déception".

Bilal Hassani a raconté avoir pleuré "toutes les larmes" de son corps après sa prestation, submergé par l'émotion. "J'étais là: 'Wow, je viens de faire l'Eurovision'. Être sur cette scène, c'est vraiment un truc magique. J'en ai profité, j'ai aucun regret", a-t-il conclu.

Philippe Dufreigne avec Nawal Bonnefoy