BFMTV

Avicii "voulait trouver la paix", selon sa famille

Avicii en mai 2015

Avicii en mai 2015 - Michael Kovac - Getty - AFP

Dans une lettre, la famille du jeune DJ suédois disparu la semaine dernière, évoque le mal-être qui l'habitait.

La famille d'Avicii, disparu la semaine dernière à l'âge de 28 ans, a adressé aux médias une lettre dans laquelle dévoile, avec beaucoup de pudeur, le mal-être du jeune DJ et l'immense pression à laquelle il était soumis.

"Il s'est vraiment débattu avec des réflexions sur la signification [des choses], la vie, le bonheur", écrit sa famille dans la lettre. "Il ne pouvait pas continuer plus longtemps. Il voulait trouver la paix".

Contactée par l'AFP, l'une porte-parole de l'artiste a refusé de confirmer la cause de la mort, ni s'il s'agissait d'un suicide. Une source au sein de la police d'Oman, où est mort Avicii, avait déjà indiqué que la piste criminelle était écartée.

Consommation excessive d'alcool

Au cours de ces dernières années, le Suédois n'avait pas fait mystère de ses problèmes de santé, comme sa pancréatite, due à une consommation excessive d'alcool. Il avait dû annuler des shows en 2014 pour se faire retirer la vésicule biliaire et l'appendice.

"Tim n'était pas fait pour la situation dans laquelle il se trouvait; c'était un homme sensible qui aimait ses fans mais qui évitait les projecteurs," a indiqué sa famille.

Il y a deux ans, il avait surpris ses fans en annonçant sa retraite.

"Quand il a arrêté les tournées, il voulait retrouver un équilibre dans sa vie pour être heureux et être capable de faire ce qu'il aimait le plus - la musique", révèle encore la lettre.

Il avait collaboré avec des artistes d'horizons différents comme Madonna, Coldplay ou David Guetta et s'était hissé à deux reprises à la troisième place du classement des meilleurs DJs du monde, en 2012 et 2013, selon DJ Magazine, la référence en la matière.

"Un énorme stress"

Sa famille le décrit comme "un perfectionniste éternellement insatisfait qui a voyagé et travaillé dur à un rythme qui l'a conduit vers un énorme stress."

Dans un documentaire sur sa vie, Avicii: True Stories, que Netflix a dévoilé - hasard du calendrier- quelques jours avant sa mort, le jeune prodige de l'électro évoquait cette insupportable pression. En l'espace de six ans, Avicii a en effet donné plus de 800 concerts.

"Les fans étaient super heureux et moi j’étais super mal, confiait-il au réalisateur du film, Levan Tsikurishvili. Les concerts n’en finissaient pas. Quand j’avais envie de taper dans les murs, je m’arrêtais deux mois mais je n’arrivais pas à me détendre en pensant aux nouveaux concerts qui approchaient".

Magali Rangin avec AFP