BFMTV

Line Renaud raconte comment elle a appris la mort de Jacques Chirac: "C'est Claude qui m'a appelée"

L'actrice, amie de l'ancien président, explique à BFMTV comment elle a appris sa disparition.

Line Renaud, proche amie de Jacques Chirac, se confie ce samedi à BFMTV. Deux jours après la mort de l’ancien président de la République à l’âge de 86 ans, l’actrice raconte notamment comment elle a appris sa disparition. C’est Claude, la fille de l’ex-chef de l'État, qui l’a avertie avant d'informer la presse:

"Elle m'a dit 'Line, je vous appelle avant que ce soit présenté à la presse, papa vient de nous quitter'. Elle m’a dit: 'Il s’est éteint dans les bras de sa fille'. Elle n’a pas cessé de lui parler, de lui tenir la main, de lui dire des mots gentils, des mots d’amour."

"Il était ailleurs"

Line Renaud raconte également l’une de ses dernières rencontres avec Jacques Chirac, il y a trois mois. Il était très affaibli:

"Il était assis dans un fauteuil, très élégamment habillé", se souvient-elle, avant d’ajouter: "Le vide était dans le regard, on sentait qu’il était ailleurs." Et de décrire les forts liens d’amitié qu’ils avaient noués: "C’était comme un frère. Jacques, quand il voulait faire entendre quelque chose à Claude, il me disait 'Dis-le, toi, dis-le-lui'. Comment expliquer une amitié pareille? C’est gigantesque. C’est pour ça que je suis pour un moment bouleversée."

L’actrice s’est également confiée au Parisien ce samedi. Dans les colonnes du quotidien, elle rend hommage à "un grand homme" qui "aimait les Français", ainsi qu'à un ami "présent tout le temps, dans des circonstances très malheureuses": elle raconte qu'il s'est tenu à ses côtés à la mort de sa mère et à celle de son mari, Loulou Gasté, en 1995. 

De nombreux hommages rendus

Jeudi, le jour de la mort de l'ancien président, Line Renaud s'était confiée une première fois à BFMTV: "J’ai beaucoup de chagrin (...) Je pense beaucoup à Claude et à Bernadette. Claude a été si proche de lui. Elle doit être très malheureuse", avait-elle déclaré. 

Lundi aura lieu une journée de deuil national pour rendre hommage à l'ancien chef d'État, qui a gouverné la France de 1995 à 2007. Tous les matches de football du week-end seront précédés d'une minute de recueillement, et un hommage populaire lui sera rendu dimanche aux Invalides

Benjamin Pierret