BFMTV

Les "confessions" de Kevin Spacey très mal accueillies à Hollywood

Kevin Spacey à Washington en 2016

Kevin Spacey à Washington en 2016 - Nicholas Kamm - AFP

Accusé de harcèlement par l'acteur Anthony Rapp, Kevin Spacey a présenté ses excuses dans un message où il a également décidé de faire son coming-out, suscitant alors de vives critiques à Hollywood.

Son message passe très mal. Au-delà même des accusations portées contre lui par Anthony Rapp, qui raconte que l'acteur l'avait harcelé en 1986 quand il était âgé de 14 ans, c'est la manière de s'excuser de Kevin Spacey qui a provoqué l'indignation de nombreuses personnalités à Hollywood. Beaucoup accusent le héros de House of Cards d'avoir essayé de détourner l'attention de cette vieille agression en révélant son homosexualité.

L'actrice Rose McGowan, qui a été l'une des premières à raconter avoir été violée par Harvey Weinstein et a pris le flambeau de la lutte contre les agressions sexuelles, a d'abord raillé l'acteur en tweetant: "Au revoir, Spacey, au revoir, à ton tour de pleurer". Puis les voix de nombreuses personnalités du monde du cinéma se sont levées pour dénoncer la manière de faire de l'acteur américain de 58 ans.

"Révéler son homosexualité, ce n'est pas la même chose que de révéler qu'on s'est jeté sur un garçon de 14 ans. C'est dégoûtant de confondre les deux", a tweeté le critique de cinéma Richard Lawson. Comme d'autres dans la communauté gay, le journaliste et militant Glenn Greenwald a jugé le moment choisi particulièrement déplacé. "Toutes ces occasions que Kevin Spacey a eues de sortir du placard et d'être un modèle pour d'autres: et il ne le fait que quand il se retrouve impliqué dans l'agression d'un adolescent", a-t-il déploré.

La colère de Zachary Quinto

Ces critiques se sont multipliées lundi alors qu'émergeaient d'autres accusations contre l'acteur. "J'étais fan de Kevin Spacey jusqu'à ce qu'il agresse quelqu'un que j'aime", avait ainsi tweeté le 13 octobre une ex-présentatrice américaine de télévision, Heather Unruh, sans mentionner le nom de la victime présumée. Le tweet était alors passé inaperçu, mais refaisait surface lundi. Et l'actrice américaine Rosie O'Donnell d'accuser elle aussi Kevin Spacey dans un tweet incendiaire: "Comme Harvey nous savions tous pour toi", a-t-elle affirmé.

Sur les réseaux sociaux, Zachary Quinto (Star Trek, Heroes...) a également posté un message pour faire part de son malaise et de sa colère après les "excuses" de la star d'American Beauty et Usual Suspect.

"C'est profondément triste et troublant de voir comment Kevin Spacey a choisi de faire son coming-out, écrit l'acteur. Non pas en l'affichant fièrement, en profitant de la lumière braquée sur lui lors de ses nombreux prix, ce qui aurait été inspirant pour des milliers d'adolescents de la communauté LGBT luttant à travers le monde. Mais dans une manipulation calculée en vue de détourner l'attention des sérieuses accusations assurant qu'il a agressé quelqu'un."

D'autres révélations à venir?

Témoignant de son soutien à Anthony Rapp, l'acteur Zachary Quinto conclut en affirmant que "les voix des victimes sont les seules qui méritent d'être entendues".

A Londres, où Kevin Spacey fut onze ans durant directeur artistique du prestigieux théâtre Old Vic, certains ont laissé entendre que l'acteur pourrait être confronté à d'autres faits. "Beaucoup de gens de théâtre et du monde de la création connaissaient des histoires sur beaucoup de monde depuis des années, et Kevin Spacey était l'un de ceux sur lesquels les gens avaient des inquiétudes, oui", a déclaré Vicky Featherstone, directrice artistique du Royal Court Theatre, interrogée sur la BBC.

F.M. avec AFP