BFMTV

Ladj Ly, Paolo Sorrentino... des courts métrages de grands réalisateurs confinés sur Netflix

Le réalisateur des "Misérables", Ladj Ly, en septembre 2019 au festival de Deauville.

Le réalisateur des "Misérables", Ladj Ly, en septembre 2019 au festival de Deauville. - Loïc Venance - AFP

17 cinéastes réalisent pour la plateforme des courts métrages avec les moyens du bord.

Netflix lancera fin juin une collection de courts-métrages réalisés durant le confinement par 17 cinéastes de renom, dont un tourné par Ladj Ly à Clichy et Montfermeil, en banlieue parisienne, là où il avait filmé son film choc Les Misérables.

Cette collection, baptisée Homemade (fait maison), mise en ligne le 30 juin, a été créée "avec les moyens du bord" par les 17 réalisateurs participants, rapporte la plateforme américaine dans un communiqué.

"Filmées en utilisant uniquement du matériel disponible à la maison, ces histoires vont du journal intime de leur vie quotidienne à de courtes fictions, explorant de multiples genres et offrant un regard sur la façon dont le confinement a touché différents pays à travers le monde et changé le cours de nos vies", explique le géant du streaming.

Ladj Ly, Maggie Gyllenhaal, Kristen Stewart

Outre Ladj Ly, les réalisateurs qui se sont prêtés au jeu incluent Paolo Sorrentino (The Young Pope), qui a tourné à Rome, Rachel Morrison (Black Panther) à Los Angeles, Pablo Larraín (Jackie) à Santiago, Rungano Nyoni (I Am Not a Witch) à Lisbonne, Natalia Beristáin (No quiero dormir sola) à Mexico, Sebastian Schipper (Roads) à Berlin, Naomi Kawase (Les Délices de Tokyo) à Nara, David Mackenzie (Outlaw King) à Glasgow, Maggie Gyllenhaal (The Honourable Woman) dans le Vermont (Etats-Unis).

Nadine Labaki et Khaled Mouzanar (Capharnaüm) ont tourné à Beyrouth, Antonio Campos (The Devil All The Time) à New York, Johnny Ma (Vivre et chanter) à San Sebastián del Oeste (Mexique), Kristen Stewart à Los Angeles, Gurinder Chadha (Joue-la comme Beckham) à Londres, Sebastián Lelio (Une femme fantastique) à Santiago, et Ana Lily Amirpour (The Bad Batch) à Los Angeles.

J.L. avec AFP