BFMTV

Julie Snyder a porté plainte contre Gilbert Rozon pour agression sexuelle

L'animatrice Julie Snyder a porté plainte contre Gilbert Rozon pour agression sexuelle

L'animatrice Julie Snyder a porté plainte contre Gilbert Rozon pour agression sexuelle - Capture d'écran Youtube

L'animatrice de télévision a porté plainte contre le producteur pour agression sexuelle, rejoignant ainsi les neuf femmes qui ont témoigné contre lui la semaine dernière.

Julie Snyder a porté plainte pour agression sexuelle contre le producteur Gilbert Rozon auprès de la police de Montréal. L'animatrice de télévision et productrice québécoise est notamment connue en France pour avoir animé l'émission Vendredi, c'est Julie sur France 2 au début des années 2000.

"Je peux vous confirmer que Julie a porté plainte contre Gilbert Rozon... pour agression sexuelle", a déclaré lundi Louis Noël, porte-parole de Productions J, sans préciser à quel moment la plainte a été déposée.

Cette annonce fait suite aux témoignages à visage découvert de neuf femmes publiés la semaine dernière dans les médias locaux et accusant le fondateur du groupe Juste pour rire de harcèlement ou d'agression sexuelle à leur encontre.

Un appel à porter plainte

L'entreprise Juste pour rire a annoncé lundi avoir confié au groupe financier RBC Marchés des Capitaux la vente de toutes les actions détenues par Gilbert Rozon après que celui-ci ait quitté les fonctions qu'il occupait au sein du groupe qu'il a fondé au début des années 1980.

Dans le sillage de ce scandale qui a ébranlé le milieu médiatique québécois, les chaînes françaises de télévision M6 et C8 ont déprogrammé des émissions auxquelles Gilbert Rozon est associé.

Après la publication des témoignages de victimes présumées, le directeur de la police de Montréal, Philippe Pichet, avait appelé d'éventuelles victimes à porter plainte auprès de ses services, les assurant sur Twitter qu'elles seraient traitées "avec le plus grand professionnalisme", un appel suivi du mot-dièse #MoiAussi.

Ce mot-dièse et son équivalent #MeToo, en anglais, est devenu sur les réseaux sociaux le cri de ralliement de centaines de femmes victimes d'abus sexuels et décidées à rompre le silence dans la foulée de l'affaire Harvey Weinstein.

N.B. avec AFP