BFMTV

Johnny Hallyday: sa dernière soirée avec ses amis proches

-

- - -

Une semaine avant sa mort, Johnny Hallyday avait réuni ses amis proches chez lui à Marnes-la-Coquette pour visionner le film de leur road trip à moto à travers les Etats-Unis.

Pour changer les idées de Johnny Hallyday, malade dans sa villa de Marnes-la-Coquette, ses amis proches avaient instauré le "dîner du jeudi". Le chanteur, mort le 5 décembre 2017 n'a eu le temps de vivre que deux de ces soirées. Paris Match raconte dans son édition de cette semaine le dernier "dîner du jeudi" de Johnny, le 30 novembre 2017.

"Si vous vous souvenez de cette soirée, un rumeur folle avait couru pendant l'après-midi: la mort de Johnny", évoque Olivier Royant, directeur de la rédaction de l'hebdomadaire, invité ce matin sur BFMTV. "En fait, c'est tout le contraire, ce soir-là on ne va parler que de la vie. Une sorte de huis-clos s'organise autour du chanteur".

Les copains bikers

"Il a réuni autour de lui les copains bikers avec qui il est allé faire en 2016 la route 66". Sont présents Pierre Billon, ami depuis 1972 et auteur de tant de ses chansons (dont J'ai oublié de vivre), Philippe Fatien patron de boîtes de nuit (dont le célèbre Queen à Paris), le restaurateur Claude Bouillon, Sébastien Farran, le manager de Johnny, la productrice Anne Marcassus et son compagnon Billy, Maxim Nucci, qui a travaillé avec Johnny sur son dernier album.

Sous morphine

Ils sont là pour visionner ensemble le film de leur road trip à moto sur la mythique route 66. La chevauchée à travers sept états américains, façon Easy Rider, de Johnny et entouré de six amis, les mêmes qui sont là ce jeudi 30 novembre. Pour l'occasion, le chanteur, installé dans le bureau transformé en chambre, s'est péniblement déplacé jusque dans la salle de projection privée de sa villa.

Très amaigri, le rockeur est sous morphine. Il se meut avec difficulté et a besoin d'un fauteuil roulant. Il parle peu. "Mais on pouvait lire dans son regard la joie de nous retrouver", témoigne Pierre Billon dans Paris Match. Ce soir-là, raconte Olivier Royant, "Johnny Hallyday ne se résigne pas à penser que c'est la fin, il est dans le déni".

"Ca va aller, on va où l'année prochaine, quelle musique on va faire, quelle tournée, quelle chanson", lance-t-il à Pierre Billon.

"Beaucoup pleuraient"

A l'écran défilent les images du voyage à moto, qui a été parfois très éprouvant. Johnny y affiche encore une santé de fer. On est en septembre 2016, quelques mois avant que ne soit diagnostiqué le cancer du poumon qui allait l'emporter un peu plus d'un an plus tard.

Puis vient le générique de fin. Dans l'obscurité de la petite salle de projection "beaucoup pleuraient", raconte Pierre Billon. Les bikers s'étreignent. "Là il y avait beaucoup d'émotion, c'était compliqué...", évoque Billon. Puis Johnny s'éclipse pour se reposer.

"A jeudi prochain"

Johnny fait ensuite écouter à ses amis des maquettes de son dernier album. Scrutant leurs moindres réactions. "Nous on baissait les yeux, raconte Claude Bouillon. On n'osait pas bouger ne serait-ce qu'un pied, de peur qu'il l'interprète mal. Avec Jojo c'était difficile de dire j'aime ou j'aime pas".

La soirée touche à sa fin. "A un moment, on a senti quand même qu'il fatiguait, qu'il était temps de se dire au revoir", évoque Philippe Fatien. "C'était dur. On savait tous que ça n'irait pas très loin, mais quand on l'a quitté, cette nuit-là, on n'a pas pu faire autrement que se dire: 'A jeudi prochain'", ajoute-t-il.

M. R.