BFMTV

Johnny Depp poursuit Amber Heard pour diffamation et lui demande 50 millions de dollars

Amber Heard et Johnny Depp

Amber Heard et Johnny Depp - AFP

L'acteur américain réfute les accusations de violences conjugales de son ex-femme. Il lui réclame désormais 50 millions de dollars.

Le divorce chaotique entre Johnny Depp et Amber Heard n'en finit pas. Près de trois ans après l'annonce de leur séparation, l'acteur américain poursuit son ex-femme pour diffamation. Il lui réclame pas moins de 50 millions de dollars (environ 44 millions d'euros), rapportent plusieurs médias américains dont Deadline.

Dans ce procès, la star de Pirates des Caraïbes revient sur les accusations de violences domestiques clamées par Amber Heard, les qualifiant de "hoax" (fausses informations) ayant pour but de le décrédibiliser. En cause notamment, une lettre ouverte publiée dans le Washington Post en décembre dernier, et dans laquelle elle affirme être "une figure publique représentant les abus domestiques".

De la publicité pour Amber Heard, selon Johnny Depp

Johnny Depp, qui a nié les accusations de son ex-épouse, affirme désormais que tout ceci "faisait partie d'un plan élaboré pour générer de la publicité positive en faveur d'Amber Heard et aider sa carrière". Il pointe notamment du doigt le fait que la lettre ouverte a été publiée quelques jours avant la sortie de son dernier film, Aquaman. Ces mêmes accusations ont toutefois, selon la défense du comédien, eu un impact négatif sur sa propre carrière, et lui auraient notamment coûté son rôle de Jack Sparrow.

"Amber Heard n'est pas victime de violences conjugales", assurent les avocats de l'acteur, qui réclament des dommages et intérêts compensatoires et punitifs. "Monsieur Depp n'a jamais abusé de Madame Heard, ses allégations contre lui étaient déjà fausses quand elles ont commencé en 2016."

"Cette action en justice superficielle est juste le dernier des efforts répétés de Johnny Depp pour faire taire Amber Heard. Mais elle ne sera pas réduite au silence", a aussitôt réagi l'un des avocats de l'actrice auprès de Deadline, Eric M. George. "Cela prouve que Monsieur Depp est incapable d'accepter la vérité sur son comportement abusif."

Nawal Bonnefoy