BFMTV

Hugues Aufray: "Je n'ai jamais entendu le mot 'déshériter' dans la bouche de Johnny"

Ami du chanteur, Hugues Aufray a réagi sur le plateau de BFMTV à la bataille qui fait rage dans le clan Hallyday depuis la révélation du testament de Johnny.

Depuis deux semaines, le clan Hallyday se déchire en public sur l'héritage de Johnny. En faisant de Laeticia sa seule héritière et en déshéritant ses deux premiers enfants David et Laura, le chanteur a provoqué une véritable bataille au sein de sa famille. Depuis, les personnalités, proches et moins proches du rockeur, prennent la parole pour soutenir l'un des deux clans. Ce mercredi 26 février, Hugues Aufray, ami et ancien voisin de Johnny à Marnes-la-Coquette, est venu sur le plateau de BFMTV pour réagir à son tour.

Ne souhaitant pas au départ évoquer cette "histoire de famille" dans laquelle il ne voulait pas "intervenir", Hugues Aufray s'est justifié sur sa volonté de s'exprimer aujourd'hui: "Mon silence pouvait donner des idées fausses sur mon comportement."

"Ce que je ne comprends pas, c'est le mot 'déshériter", explique-t-il. Ce qui m'a choqué, c'est quand on a lu ce testament. La rédaction était assez sévère, assez raide. Je pense qu'il a été mal conseillé. Le mot 'déshériter' est terrible. Dutronc et Eddy Mitchell ont été choqués. Ce mot est très choquant."

"Je lui avais dit: sois prudent"

"Je ne peux pas l'imaginer", avoue ensuite Hugues Aufray à l'idée que son ami Johnny ait pu déshériter ses enfants, ajoutant être surpris que la France se déchire entre deux camps: les pro-Laeticia et les pro-David et Laura. Préférant ne pas choisir son camp, Hugues Aufray poursuit au sujet du testament du rockeur: "Je ne vois pas Johnny rédiger un texte tout seul comme ça.(...) Il faut qu'il y ait quelqu'un qui vous dicte un peu les mots exacts." Et d'ajouter: "Je pense que l'héritage ne devrait ni être interdit, ni être obligatoire. La loi ne devrait pas se mêler de ça. Ce sont des affaires de famille."

S'il avoue avoir surtout parlé de musique avec son ami, Hugues Aufray se souvient avoir tout de même déjà "un peu parlé" de la mort et des histoires d'héritage avec lui. "Je lui avais dit: 'Il est incontestable que dans un héritage, quand il y a des biens, ça entraîne des complications de famille. Sois prudent." Mais "jamais" le chanteur n'a entendu son ami parler de déshériter ses enfants. "Je n’ai jamais entendu ce mot dans sa bouche, confie-t-il. On n’a jamais parlé de ça."

"Faîtes la paix, quoi!"

S'il explique n'avoir par reparlé à Laeticia ou aux enfants de Johnny depuis la mort du rockeur, Hugues Aufray aimerait qu'ils "s’assoient autour d’une table" pour "faire la paix". "Si j'étais Laeticia, je commencerai à dire à David: 'Tu veux une guitare de ton père, viens en chercher une' A Laura aussi.", explique-t-il. "Faites la paix, quoi!"

Pour l'interprète de Santiago, qui a écrit Le Pénitencier pour Johnny Hallyday, cette bataille au sein du clan Hallyday "fait du mal à la France." "Que la France se batte derrière ces deux personnes, c’est dommage. (...) C’est une mauvaise image pour la France de voir une famille que se déchire en public.

"Ca me touche, ça me choque et ça me rend malheureux", poursuit Hugues Aufray au sujet de cette bataille. "Essayez de vous rapprocher, de faire la paix. Soyez un exemple d’intelligence, de raison et surtout d'amour. Vous n'allez pas vous déchirer pour de l'argent. L’argent est une drogue, dangereuse, la pire. Les gens se tuent, se prostituent pour de l'argent, faites la paix, un partage et que la France se dise: 'Ouf, ils s'aiment de nouveau'."

Fabien Morin