BFMTV

Comment J.K. Rowling fait perdurer la magie Harry Potter

Pièce de théâtre, site internet, spin-off… Depuis la fin des romans Harry Potter en 2007, le petit sorcier est loin d'avoir disparu, au grand plaisir des fans. Comment sa créatrice, J.K. Rowling, a-t-elle réussi à le rendre immortel?

En 2007, avec la parution des Reliques de la Mort, J.K. Rowling mettait un point final à sa saga Harry Potter. Un point final qui n'a pourtant pas mis un terme au succès du célèbre sorcier. Depuis la fin des romans, son univers n’a pas fini de s'étendre, lui conservant une place de choix dans l'actualité et le coeur des fans.

Aujourd'hui sortent trois recueils numériques de nouvelles inédites, consacrées à l'école des sorciers Poudlard. Une énième pierre à l'empire Potter construit petit à petit par la romancière britannique, qui parvient ainsi à faire perdurer la magie… et son business. Mais quelle est sa recette?

Le site Pottermore

En 2011, le dernier film de la saga s'apprête à sortir au cinéma. Si les fans s'inquiètent de voir arriver la fin de leur dernier lien avec Harry Potter, à savoir les films, J.K. Rowling a déjà tout prévu. Elle lance Pottermore.com, une plateforme interactive et participative sur laquelle les internautes peuvent vivre "une expérience de lecture en ligne, qui ne ressemble à aucune autre", annonce-t-elle à l'époque. Et surtout, où ils pourront découvrir des contenus exclusifs au fil des années.

"Je voulais donner quelque chose en retour aux fans qui ont suivi amoureusement Harry pendant toutes ces années et amener les histoires vers une nouvelle génération numérique", précise-t-elle, assurant d'un coup de baguette une nouvelle vague d'engouement envers son petit sorcier.

Le jour de son ouverture officielle, le site compte déjà un million d'inscrits.

J.K. Rowling entourée d'Emma Watson, Rupert Grint et Daniel Radcliffe à la première de "Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban" en 2004 à Londres.
J.K. Rowling entourée d'Emma Watson, Rupert Grint et Daniel Radcliffe à la première de "Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban" en 2004 à Londres. © Carl de Souza - AFP

Au théâtre

Fin 2015, la romancière dévoile un nouveau projet qui fait l'effet d'une bombabouse au sein de la communauté de fans: la saga va avoir droit à une suite, non sous forme de roman mais de pièce de théâtre, qui sera présentée sur les planches londoniennes courant 2016. Dans L'Enfant Maudit, qui se déroule 19 ans après le dernier tome, Harry Potter est désormais quadragénaire, a deux enfants et est marié à Ginny.

La nostalgie fait son petit effet: les billets de spectacles se vendent à la vitesse de la lumière (175.000 places ont été vendues en moins de 24 heures) et les "potterheads" s'arrachent le script. Le succès de la pièce est tel qu'un projet d'exportation dans plusieurs pays autres que l'Angleterre est envisagé pour les années à venir. Après avoir conquis Londres, "l'enfant maudit" est prêt à s'attaquer au reste du monde.

Harry, Ginny et leur fils dans la pièce de théâtre "Harry Potter and The Cursed Child" à Londres
Harry, Ginny et leur fils dans la pièce de théâtre "Harry Potter and The Cursed Child" à Londres © Pottermore

Sur Twitter

Véritable lien avec ses fans, le réseau social permet à J.K. Rowling, suivie par plus de 8 millions de personnes, de distiller ici et là des détails et informations qu’elle n’avait pas précisés dans la saga. Par exemple, que le personnage de Dean Thomas devait normalement s’appeler Gary, que Dumbledore est son personnage préféré ou que "évidemment", Poudlard est un endroit où la communauté LGBT a sa place et que les frais d'inscription sont pris en charge par le Ministère de la Magie.

Mieux encore, elle dévoile ce que sont devenus les personnages depuis Les Reliques la Mort. En septembre 2015, elle apprend aux fans que James S. Potter, le fils de Harry et Ginny, a été envoyé à Gryffondor, "sans surprise". Une manière efficace de mettre du baume au cœur à sa communauté tout en la confortant dans l’idée que Harry Potter ne disparaîtra jamais vraiment, puisqu’il reste encore tant de choses à découvrir sur lui, sa vie et son univers. 

Le spin-off

Le 16 novembre prochain sortira au cinéma Les Animaux Fantastiques, adaptation du livre éponyme de J.K. Rowling sorti en 2001. On y suit Norbert Dragonneau, un magizoologiste qui étudie les créatures étranges, et auteur du manuel scolaire qu'étudiera Harry Potter pendant sa scolarité à Poudlard, 70 ans plus tard. Si la présence du jeune sorcier se révèle être impossible, on sait déjà que Albus Dumbledore y fera quelques apparitions. 

Comme l'a annoncé la romancière en février dernier, il s'agira d'une trilogie. De quoi satisfaire les fans une fois de plus et rallonger le succès de l'univers qu'elle a commencé à imaginer au début des années 90. Pour toujours? Cela semble bien parti.

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV