BFMTV

Woody Allen rattrapé par les accusations d'abus sexuel et désavoué par ses acteurs

Woody Allen

Woody Allen - Loïc Venance - AFP

Woody Allen, qui prépare un nouveau long-métrage, voit la sortie de son nouveau film entachée. Plusieurs comédiens se désolidarisent du cinéaste tandis que sa fille, qui l'accuse d'avoir abusé d'elle, témoigne à nouveau.

Le film, intitulé A Rainy Day in New York ("Un jour de pluie à New York"), n'aurait pas pu mieux porter son nom. Attendue pour 2018 selon IMDb, la sortie du prochain long-métrage de Woody Allen se profile en effet sous des auspices bien nuageux. Alors que Hollywood s'attaque à bras le corps aux prédations sexuelles, le cinéaste se voit rattrapé par les accusations de Dylan Farrow, la fille qu'il a adoptée avec Mia Farrow. La jeune femme l'accuse depuis plus de 20 ans d'attouchements lorsqu'elle était enfant.

Jusqu'à présent, le réalisateur new-yorkais avait été épargné par la pluie d'accusations de harcèlement, d'agressions et de viols qui s'est abattue sur Hollywood depuis l'affaire Weinstein. Mais le vent a commencé à tourner début décembre, lorsque Dylan Farrow a publié la tribune "Pourquoi la révolution #MeToo a-t-elle épargné Woody Allen?" dans le Los Angeles Times.

Dans son texte, la jeune femme de 32 ans rappelle les accusations qu'elle maintient depuis 1992: lorsqu'elle avait sept ans, son père adoptif l'aurait emmenée dans un grenier afin d'abuser d'elle.

Désavoué par ses acteurs

Dylan Farrow, soutenue depuis toujours par sa mère et son frère Ronan (le fils biologique de l'actrice et du réalisateur, figure des révélations sur l'affaire Weinstein), témoigne à nouveau ce jeudi d'une manière inédite. Pour la première fois, c'est à la télévision que la jeune femme raconte l'agression dont elle assure avoir été victime: 

"Pourquoi ne serais-je pas en colère, pourquoi ne serais-je pas blessée, pourquoi est-ce que je ne me sentirais pas furieuse, après toutes ces années pendant lesquelles on m'a ignorée et on ne m'a pas crue, on m'a rejetée", clame-t-elle dans des extraits dévoilés avant la diffusion. 

Entre-temps, le casting du réalisateur avait déjà anticipé le scandale à venir. Il y a quelques jours, l'actrice Rebecca Hall a annoncé sur Instagram que l'argent qu'elle avait récolté grâce à A Rainy Day in New York serait reversé à Time's Up, un projet lancé par 300 personnalités de Hollywood pour lutter contre le harcèlement sexuel au travail:

"À cause de mes actions, une autre femme se sent réduite au silence et ignorée. Ce n'est pas quelque chose que j'accepte facilement", a écrit sur Instagram celle que Woody Allen a révélée dans Vicky Cristina Barcelona en 2008.

Une initiative rapidement imitée par Thimothée Chalamet, autre star du film: "J'apprends qu'un beau rôle n'est pas l'unique critère sur lequel se baser pour accepter un travail", a-t-il expliqué dans un communiqué

Comme le rapporte le Guardian, l'actrice Greta Gerwig a quant à elle déclaré que "si (elle) avait su ce qu'(elle) sait aujourd'hui, (elle) n'aurait pas joué dans" To Rome With Love, film du réalisateur daté de 2012. 

Alec Baldwin, unique soutien

Le cinéaste, qui ne s'est pas encore exprimé sur les nouvelles déclarations de sa fille et de ses acteurs, peut compter sur l'appui d'Alec Baldwin, qui a pris la parole sur Twitter:

"Woody Allen a fait l'objet d'une enquête de deux États (New York et le Connecticut)", détaille-t-il. "Aucun dossier n'a été constitué. (...) J'ai travaillé pour Woody Allen trois fois et elles comptent parmi les privilèges de ma carrière."

Des accusations toujours niées par le cinéaste

L'AFP rappelle que lorsque les accusations ont émergé, la liaison de Woody Allen avec une autre fille adoptive de Mia Farrow a été découverte. L'affaire a défrayé la chronique, et Woody Allen a fini par épouser Soon-Yi Previn, de 35 ans sa cadette. 

En 2014, dans une tribune au New York Times, le principal intéressé affirmait que Dylan Farrow avait été poussée au mensonge par Mia Farrow lors de leur divorce, et rappelait que les enquêteurs avaient renoncé à le poursuivre dans cette affaire.

Une version réfutée par le clan Farrow... à l'exception de l'un des membres. Moses Farrow, adopté par l'ancien couple, a témoigné en faveur de son père en 2014 dans les colonnes de People:

"Ma mère m'en a convaincu pour que je déteste mon père, que je le tienne pour responsable d'avoir détruit notre famille et d'avoir agressé sexuellement ma sœur. Et je l'ai détesté pendant des années. Je sais maintenant que c'était une manière de se venger de lui après qu'il est tombé amoureux de Soon-Yi."

Benjamin Pierret avec AFP