BFMTV

Valérie Pécresse: "Si c'était à refaire, je ne financerais pas J'accuse"

Valérie Pécresse

Valérie Pécresse - Eric Piermont - AFP

La région Île-de-France a financé le long-métrage de Roman Polanski à hauteur de 525.000 euros. Valérie Pécresse a manifesté quelques regrets.

En dépit des appels au boycott après une nouvelle accusation de viol, le film de Roman Polanski, J'accuse, s'est imposé en tête du box-office français avec plus de 500.000 spectateurs pour sa première semaine en salle, un démarrage historique dans la carrière du réalisateur.

Interrogée mercredi sur Europe 1, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, qui a financé le long-métrage sur l'affaire Dreyfus à hauteur de 525.000 euros, a manifesté quelques regrets:

"La Région a financé ce film car Roman Polanski est un excellent cinéaste et que le sujet est très francilien: l'affaire Dreyfus", explique-t-elle, avant d'ajouter: "J'ai été bouleversée par le témoignage de la femme qui a accusé Roman Polanski de viol. Même si la présomption d'innocence doit jouer, je dois vous avouer que si c'était à refaire, je ne financerais pas ce film."

Le film fait l'objet d'appels au boycott. La collectivité Est Ensemble, qui regroupe neuf communes de Seine-Saint-Denis, avait pris la décision en début de semaine de déprogrammer le film, avant de se rétracter face à l'opposition de directeurs de cinéma et d'élus.

Jérôme Lachasse