BFMTV

Polanski nommé aux César: l'Académie défend la sélection

Roman Polanski

Roman Polanski - Guillaume Souvant -AFP

Le film de Roman Polanksi est en tête des nominations aux César annoncées ce mercredi.

L'Académie des César a choisi de ne pas bouder le film de Roman Polanski, malgré la récente accusation de viol à l'encontre du réalisateur. 

Les César ne sont "pas une instance qui doit avoir des positions morales", a ainsi affirmé mercredi le président de l'Académie des César Alain Terzian au sujet de Roman Polanski, dont le film J'accuse est arrivé en tête des nominations. Le film est en effet nommé 12 fois et apparaît notamment dans les catégories "meilleur film" et "meilleure réalisation". "Tous les films sortis entre le 1er janvier et le 31 décembre sont éligibles, tous", a-t-il ajouté

"Un million et demi de Français sont allés voir le film"

"Sauf erreur de ma part, 1,5 million de Français sont allés voir son film. Interrogez-les", a également souligné Alain Terzian, interrogé sur Roman Polanski après l'annonce de ces nominations. 

La maîtresse de cérémonie des César, Florence Foresti, a fait un lapsus - volontaire ou non - lors de la conférence de presse, indiquant que Roman Polanski était cité dans la catégorie meilleure adaptation pour "Je suis accu...", avant de se reprendre et de dire "J'accuse". 

Thriller historique sur l'affaire Dreyfus, dont la sortie a été perturbée - certains cinémas ont ainsi choisi de déprogrammer le film - a réalisé le 4e meilleur démarrage de l'année en Île-de-France pour un film français. 

"Rouée de coups" et violée

En 2017, déjà, l'Académie avait créé la polémique en confiant à Roman Polanski la présidence des César. Face à la controverse qu'avait suscité sa nomination, le cinéaste avait décidé de se retirer, et les César n'avaient pas eu de président cette année-là. 

Roman Polanski, aujourd'hui âgé de 86 ans est poursuivi depuis plus de 40 ans par la justice américaine pour des relations sexuelles illégales avec une mineure en 1977. Il a par ailleurs fait l'objet de plusieurs autres accusations de viol, qu'il a réfutées. La plus récente remonte à novembre 2019. Une Française nommée Valentine Monnier affirme avoir été "rouée de coups" et violée par le réalisateur en 1975 à l'âge de 18 ans, en Suisse. Des accusations dont le réalisateur se défend. 

Magali Rangin avec AFP