BFMTV

Le cinéma français face au scandale Harvey Weinstein

Si "l'affaire Harvey Weinstein" a provoqué un cataclysme à Hollywood, les agissements du producteur américain, accusé de harcèlement sexuel et de viols, ont aussi conduit de nombreuses personnalités du cinéma français à sortir de leur silence pour témoigner à leur tour.

Témoignages édifiants et révélations sordides ne s'arrêtent plus. Depuis plusieurs jours, le scandale autour des agissements du producteur Harvey Weinstein touche Hollywood de plein fouet, mais également la France. Plusieurs comédiennes françaises, comme Emma de Caunes, Judith Godrèche ou Léa Séydoux, sont sorties de leur silence pour raconter à leur tour leur expérience avec le nabab hollywoodien qui fait l'objet d'accusations de harcèlement sexuel et de viols.

Judith Godrèche et Emma de Caunes ont été les premières à prendre la parole pour expliquer comment Harvey Weinstein avait tenté de leur imposer une relation sexuelle par le passé. Ce mercredi, c'est Léa Seydoux qui a tenu à s'exprimer dans une tribune publiée dans le quotidien britannique The Guardian

"J'étais un morceau de viande"

"Tout au long de la soirée, il m’a regardée comme si j’étais un morceau de viande, explique-t-elle. Puis il a perdu tout contrôle. Il a soudainement sauté sur moi et a essayé de m’embrasser. J’ai dû me défendre. Il est grand et gros, alors j’ai dû résister vigoureusement."

L'actrice française Florence Darel a également affirmé ce jeudi au Parisien qu'elle a elle-aussi repoussé par le passé les avances insistantes du producteur hollywoodien Harvey Weinstein en 1994. "J'avais fait un petit film en France, Fausto, qui avait été acheté par Miramax, sa société. Il y avait eu une avant-première à New York. Il n'avait pas cessé de m'appeler pour que je le rejoigne après la fête. Comme je me doutais de ses intentions, j'ai prétexté que j'étais en couple avec l'acteur principal du film. Pour qu'il me lâche".

"Il m'a proposé d'être sa maîtresse"

Puis, au début de l'année suivante, poussée par son agent qui lui assène "tu ne peux pas faire l'économie d'y aller", l'actrice finit par accepter de le rencontrer dans un hôtel à Paris. Il m'a parlé d'un film qu'il voulait faire sur la guerre 39-45 puis il s'est mis à me dire qu'il me trouvait très attirante et qu'il voulait avoir des relations avec moi. Je lui ai dit que j'étais très amoureuse de mon compagnon", rapporte Florence Darel.

"Il m'a répondu que ça ne le gênait pas du tout et m'a proposé d'être sa maîtresse quelques jours par an. Comme ça, on pourrait travailler ensemble. En gros, si tu veux continuer en Amérique, passe par moi", poursuit la comédienne, qui ajoute avoir alors répondu au producteur "je suis désolée, il faut que je parte", et s'être "sauvée".

Alors que des témoignages de ce genre se multiplient, d'autres personnalités françaises issues du 7ème Art ont pris la parole comme Pierre Lescure et Thierry Frémeaux. Les patrons du Festival de Cannes, où Harvey Weinstein se rendait régulièrement, ont fait savoir dans un communiqué que "ces faits relèvent d'un comportement impardonnable qui ne peut susciter qu'une condamnation nette et sans appel".

"Tout le monde savait"

Selon le réalisateur français Jean-Pierre Jeunet, les agissements du producteur américain étaient connus de tout le monde. A BFMTV, le cinéaste témoigne: "Tout le monde a entendu mille anecdotes, tout le monde savait tout ce qu’il se passait. J’ai entendu des actrices raconter des choses, maintenant c’est à elles de savoir si elles ont envie de dénoncer ce qu’elles ont subi." Et d'ajouter: "La morale et lui, ça fait deux."

"Ce besoin d’abus de pouvoir qu’il exerce, on le découvre aujourd’hui envers les femmes, poursuit Jean-Pierre Jeunet. Il l’a envers tout et tout le monde. Il a besoin de pisser sur son arbre et de s’accaparer les films. Ne serait-ce que pour prouver aux autres qu’il a le pouvoir et que c’est comme ça et pas autrement."

Alors pourquoi l'omerta a-t-elle régné à Hollywood durant toutes ces années? Sur le plateau de BFMTV, Alain Grasset, journaliste spécialiste cinéma, explique: "C'est un fabriqueur d’Oscars, il y a sans doute des actrices qui se sont dit: 'Je ne vais pas me fâcher avec lui si derrière je peux avoir deux ou trois films, ce serait complètement idiot'. Il faisait très peur, à la fois sur le plan artistique que financier."

Producteur de films comme Pulp Fiction, Kill Bill, Gangs of New York, The Artist, Carol, Shakespeare in love ou Le patient anglais à travers ses sociétés Miramax et la Weinstein Company, Harvey Weinstein a accumulé 303 nominations et récolté 75 statuettes aux Oscars, entre autres récompenses prestigieuses. Sa fortune était estimée à 150 millions de dollars.

Fabien Morin, avec Jean-Marie Marchaut et Alexis Pluyette