BFMTV

James Cameron accuse le film Wonder Woman de "retour en arrière", Patty Jenkins lui répond

James Cameron à Hollywood en novembre 2016 (à g.), Patty Jenkins à New York en juin 2017 (à dr.)

James Cameron à Hollywood en novembre 2016 (à g.), Patty Jenkins à New York en juin 2017 (à dr.) - Getty Images North America - AFP

La réalisatrice a reproché au cinéaste "son incapacité à comprendre ce que représente Wonder Woman pour les femmes partout dans le monde".

James Cameron aurait dû y réfléchir à deux fois avant de s'en prendre à Wonder Woman. Patty Jenkins, la réalisatrice à qui l'on doit le film sur les aventures de la super-héroïne, a vivement réagi après que le cinéaste a remis en cause le succès de l'Amazone au cinéma.

"Toute l'auto-congratulation dont fait preuve Hollywood autour de Wonder Woman est tellement trompeuse. Elle est une icône objectivée. C'est juste le Hollywood masculin qui fait encore la même chose!", avait-il confié au Guardian, avant de comparer l'impact du personnage incarné par l'actrice Gal Gadot à l'héroïne de son film culte Terminator.

"Je ne dis pas que je n'ai pas aimé le film mais, pour moi, c'est un pas en arrière. Sarah Connor n'était pas une icône de beauté. Elle était forte, elle était perturbée, c'était une mauvaise mère. Et elle a gagné le respect du public, malgré tout, par sa détermination et son courage. Selon moi, le bénéfice de personnages comme Sarah est tellement évident. Après tout, la moitié du public est féminin", avait-il expliqué.

"Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise sorte de femme puissante"

Des déclarations tranchées qui n'ont pas manqué d'agacer Patty Jenkins. La réalisatrice de 46 ans n'a pas tardé à répondre sur Twitter afin de défendre l'image de la femme que renvoie, selon elle, sa super-héroïne.

"L'incapacité de James Cameron à comprendre ce qu'est ou représente Wonder Woman pour les femmes partout dans le monde, n'est pas surprenante, car s'il est un grand cinéaste, il n'est pas une femme!", a-t-elle écrit. "Les femmes fortes sont géniales. Mais si les femmes doivent toujours être dures, difficiles et troublées pour être fortes, et que nous ne sommes pas libres d'être multidimensionnelles ou de célébrer une icône féminine mondiale parce qu'elle est séduisante et aimante, alors nous n'avons pas fait beaucoup de chemin n'est-ce pas?"

Patty Jenkins croit que "les femmes peuvent et doivent être tout ce que sont les personnages principaux masculins".

"Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise sorte de femme puissante. Et le public féminin qui a fait de Wonder Woman un succès peut certainement choisir ses propres icônes progressistes", a-t-elle conclu.

Nawal Bonnefoy