BFMTV

Cinémas: comment le CNC tente d'éviter un trop-plein de films à la reprise

Une salle de cinéma (photo d'illustration)

Une salle de cinéma (photo d'illustration) - Pierre Verdy

Une dérogation annoncée ce jeudi doit permettre aux films en attente de sortie de bénéficier d'une première exploitation sur le petit écran avant la réouverture des salles, sans perdre les aides perçues.

Le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) a annoncé jeudi une dérogation pour permettre exceptionnellement aux films de cinéma de sortir déjà sur petit écran, espérant éviter ainsi un trop-plein lors de la réouverture des salles.

Les cinémas sont fermés depuis fin octobre, et quelque 400 films français et étrangers sont prêts à sortir. Les professionnels redoutent un énorme embouteillage lorsque les salles rouvriront.

"Il serait préjudiciable à la fois pour le public et pour nos créateurs qu'en raison d'un trop grand nombre de films disponibles, les grosses productions notamment américaines privent d'exposition les oeuvres plus diversifiées. Il est fondamental que chaque oeuvre puisse rencontrer son public", a déclaré le président du CNC, Dominique Boutonnat, dans un communiqué.

En pratique, les films pourront demander au CNC de bénéficier de cette dérogation, afin de sortir exceptionnellement sur les plateformes en ligne, en DVD ou encore à la télévision, jusqu'à un mois après la réouverture des salles, "tout en conservant les aides reçues" lors de leur production. Cette mesure "ne remet en cause en aucune manière la chronologie des médias ni son évolution prochaine", prend soin de souligner le CNC.

Vers un calendrier repensé?

Ces règles, qui régissent la sortie des films en France depuis leur sortie en salle jusqu'à leur diffusion à la télévision notamment, sont actuellement rediscutées pour mieux prendre en compte les puissantes plateformes comme Netflix.

D'autres mesures pourraient être annoncées pour tenter de mettre de l'ordre dans l'énorme masse de films en attente de sortie: l'Autorité de la concurrence doit se prononcer prochainement sur un "calendrier concerté des sorties en salles", souhaité par les professionnels.

B.P. avec AFP