BFMTV

Bon sentiments, romantisme et bruits de grelots: la recette simple et efficace des films de Noël

Les films de Noël ont la cote

Les films de Noël ont la cote - Netflix

Chaque année, dès qu'Halloween est passé, chaînes et plateformes de streaming dégainent leurs téléfilms et comédies romantiques de Noël. Un genre feel-good à souhait qui cartonne, et fait grincer des dents ceux qui ont une âme de Grinch.

53. C'est le nombre de personnes qui ont regardé, chaque jour pendant trois semaines d'affilée, le film A Christmas Prince sur Netflix. Sortie le 17 novembre 2017 sur la plateforme de streaming, cette comédie romantique à petit budget avait rencontré un succès inattendu, s'imposant en quelques jours comme LE sujet de conversation sur les réseaux sociaux et les médias de pop culture.

De quoi donner des idées à l'entreprise américaine, qui a dégainé l'année suivante sa sélection de films de Noël dès le mois de novembre, et même tourné un épisode spécial pour Les nouvelles aventures de Sabrina, mis en ligne le 14 décembre dernier. En parallèle, pas moins de 4 nouvelles productions originales sur le thème des fêtes de fin d'année sont sorties: A Christmas Prince 2 (forcément), The Holiday Calendar, The Princess Switch, et The Christmas Chronicles

Et Netflix a plus que misé sur le bon cheval: The Christmas Chronicles, justement, a été vu pas moins de 20 millions de fois durant les 7 jours qui ont suivi sa sortie, le 22 novembre dernier. "Si chaque vue correspondait à un ticket de cinéma, cela ferait 200.000 millions de dollars d'engrangés au box-office", s'est félicité le directeur des contenus, Ted Sarandos, dans un communiqué. A titre de comparaison, le film numéro 1 au box-office américain la même semaine, Ralph 2.0, a récolté environ 85 millions de dollars.

Une recette infaillible

En 2018, les films de Noël, et plus particulièrement les "romcoms" de Noël, sont plus que jamais tendance - un comble pour un genre qui est, de manière générale, considéré comme mineur et kitsch à souhait.

La majorité d'entre eux obéissent aux mêmes codes: ils flirtent volontiers avec la niaiserie (plus ça dégouline, mieux c'est), leurs personnages sont caricaturaux (la copine rigolote mais maladroite, le grand-père sage mais facétieux, le petit copain jaloux et égoïste que l'héroïne finira par larguer), et ont un scénario prévisible au possible. On sait avant même le début que l'histoire se finira bien, qui embrassera qui, que l'orpheline retrouvera sa mère disparue ou encore que le grand méchant qui voulait gâcher les fêtes finira par retrouver foi en la vie après avoir reçu, du père Noël lui-même, un sermon plein de phrases pseudo-philosophique sur l'importance de l'amour.

Un concours de pâtisseries de Noël dans "The Princess Switch"
Un concours de pâtisseries de Noël dans "The Princess Switch" © Netflix

La recette est simple et surtout vue et revue: prenez, au choix, une petite ville fictive couverte de neige, un (minuscule) royaume perdu quelque part en Europe ou encore un village pittoresque au fin fond de la campagne anglaise (ou Londres, merci Love Actually). Ajoutez-y une citadine célibataire qui quitte la ville pour x raison / un veuf malheureux qui ne croit plus en rien / un prince mystérieux / des enfants orphelins et, dans le meilleur des cas, une apparition du VRAI père Noël (parce que dans ces films, il existe, et personne ne semble trouver ça étrange). Mieux encore: choisissez des acteurs connus-mais-pas-trop pour les incarner ("Mais où ai-je vu cette comédienne déjà? C'était pas celle qui faisait la soeur de la voisine d'Eva Longoria dans Desperate Housewives? Ah si, voilà, c'est ça").

Saupoudrez le tout de dialogues convenus, de bruits de grelots et de scènes qui rappellent bien QUE TOUT SE PASSE A NOEL: un bisou maladroit sous un gui que personne n'avait vu, une balade en calèche (!!!) sous la neige avec un plaid tartan sur les genoux, l'achat crucial du sapin et sa décoration, des sessions emballage de cadeaux et pâtisserie à base de pain d'épices. Oh, et une chorale, si possibles d'enfants, qui chante en arrière-plan. Enfin, pour l'ingrédient bonus, piochez du côté de la magie et du fantastique, parce qu'après tout pourquoi pas? Succès garanti.

Aldovia, le royaume fictif dans "A Christmas Prince"
Aldovia, le royaume fictif dans "A Christmas Prince" © Netflix

Véritable institution et bulle d'enchantement

Face à ce manque évident de recherche et d'originalité dans la réalisation des films de Noël (et plus particulièrement des comédies romantiques), plusieurs questions se posent. Pourquoi ceux-ci marchent-ils autant? Comment se fait-il que les téléspectateurs ne s'en lassent pas (l'auteure de ses lignes s'inclue dans le lot)?

"Ces programmes sont plébiscités par les téléspectateurs. Dans des temps un peu difficiles et chahutés, on aime se retrouver en famille devant ces histoires de Noël. Ces programmes ont presque une fonction sociale et rassembleuse", avance à l'AFP Fabrice Bailly, directeur des programmes et des acquisitions de TF1 (la chaîne diffuse deux films de Noël chaque après-midi entre novembre et décembre).

Christine Bouillet, directrice de la programmation chez M6, explique de son côté que ces programmes, qu'elle qualifie de "must", sont devenus "des marqueurs de l'identité" de la Six en cette période de fêtes. Et surtout, qu'ils parlent au plus grand nombre.

"Cette case est devenue une institution", assure-t-elle à l'AFP. "C'est devenu un genre en soi qui plaît à des fans de fiction et à un public féminin et moderne. D'une part, "il y a un effet de cocooning lié à la météo, et de nostalgie pour les périodes féériques qui ont bercé notre enfance, et qu'on a envie de partager à nouveau avec nos propres enfants ou nos proches".

La journaliste américaine spécialisée dans la pop culture Blane Bachelor estime quant à elle que "dans un monde où les mauvaises nouvelles de la vraie vie font la une des journaux, affluent sur les réseaux sociaux et tournent en boucle à la télévision, il n'est pas étonnant que deux heures de guirlandes lumineuses, de réunions familiales et de rendez-vous amoureux sous le gui créent une bulle d'enchantement à laquelle il est impossible de résister". 

Nawal Bonnefoy