BFMTV

Battle of the sexes: Steve Carell, l’acteur qui voulait à tout prix un Oscar

Steve Carell dans Battle of the sexes (à gauche) et dans Foxcatcher (à droite)

Steve Carell dans Battle of the sexes (à gauche) et dans Foxcatcher (à droite) - Fox Searchlight / Mars Distribution

L'acteur joue un champion de tennis machiste dans Battle of The Sexes, au cinéma ce mercredi 22 novembre. Un personnage haut en couleur qui pourrait lui permettre de décrocher une nouvelle nomination aux Oscars. Comme tous ses rôles récents.

Pendant des années, ce fut l'un des running gags les plus drôles d'Hollywood: Leonardo DiCaprio allait-il enfin remporter l'Oscar du meilleur acteur? L'acteur fétiche de Baz Lurhmann et de Martin Scorsese a mis toutes les chances de son côté, multipliant les biopics, les transformations physiques et les rôles intenses pour obtenir le fameux sésame. Il l'a finalement décroché en 2016 avec The Revenant.

Depuis quelques années, l'un de ses plus féroces adversaires se nomme Steve Carell, à l'affiche de Battle of The Sexes ce mercredi 22 novembre. L'acteur y incarne Bobby Riggs, un machiste qui décide d'affronter des championnes de tennis pour les ridiculiser. Bien que le film dénonce son comportement, il le met suffisamment en valeur pour que l'acteur puisse briller et décrocher une nomination aux Oscars, ou du moins aux Golden Globes. Carrell s'est ainsi complètement transformé pour le rôle, qu'il incarne de manière outrancière, avec une coupe ridicule et des dents pourries. 

Steve Carell dans Battle of the Sexes
Steve Carell dans Battle of the Sexes © Fox Searchlight

Une nomination aux Oscars avec Foxcatcher

Longtemps connu pour ses rôles dans The Office et 40 ans, toujours puceau, Steve Carell excelle dans les rôles de monsieur Tout-le-monde ou d'imbéciles comme dans Présentateur vedette: La Légende de Ron Burgundy ou The Dinner, remake oubliable du Dîner de cons de Francis Veber.

Bien qu'il ait obtenu un succès mondial en prêtant sa voix à Gru dans Moi, moche et méchant, Carell a connu un début des années 2010 difficile avec des comédies anecdotiques dont le point culminant fut en 2013 L'Incroyable Burt Wonderstone avec Jim Carrey. Depuis 2014, Carell a cessé ces comédies potaches. Il cherche des projets sérieux. C'est avec une certaine aisance que s'opère d'ailleurs cette transition: il avait déjà brillé dans Little Miss Sunshine en dépressif citant Proust.

Sa nouvelle carrière débute donc en 2014 avec Foxcatcher, dont il a le rôle principal: celui du milliardaire John Eleuthère du Pont, qui a tué le champion de lutte Dave Schultz. L'histoire, vraie, a nécessité de la part de Carell un investissement digne de l'Actor's Studio. Carell modifie ainsi sa manière de marcher et de parler et se métamorphose complètement en John Eleuthère du Pont. L'effort paie: en janvier 2015, Carell décroche sa première nomination aux Oscars. Eddie Redmayne le coiffe cependant au poteau avec son interprétation de Stephen Hawking.

Steve Carell dans Foxcatcher
Steve Carell dans Foxcatcher © Mars Distribution

Un Oscar en 2018 et un autre en 2019?

Steve Carell ne se laisse pas décourager. En 2016, il est de retour avec un second rôle dans The Big Short, satire sur la crise des subprimes. Mais le rôle est sobre, peut-être trop: c'est sa co-star Christian Bale qui décroche à sa place la nomination à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Il continue sur sa lancée, mais sa participation en 2016 à Café Society de Woody Allen ne suscite pas beaucoup plus d'émoi. Là aussi, le rôle est sans doute trop sobre et les prétendants pour l'Oscar du meilleur acteur sont trop nombreux.

Qu'à cela ne tienne. En 2017, Carell propose deux films "à Oscar": Battle of The Sexes, donc, mais aussi La Dernière tournée. Dans cette suite de La Dernière corvée avec Jack Nicholson, il joue un vétéran du Vietnam dont le fils a été tué en Irak. Il y apparaît grisonnant, triste et moustachu. L'Oscar est à portée de main: aucun candidat sérieux ne se démarque cette année dans cette catégorie et Casey Affleck a obtenu un Oscar en début d'année pour un rôle similaire d'homme endeuillé dans Manchester by the Sea

Steve Carell dans La Dernière tournée
Steve Carell dans La Dernière tournée © Metropolitan Film Export

Un seul obstacle: Christian Bale

Si d'aventure l'Oscar lui échappe une nouvelle fois en mars 2018, pas de panique. Steve Carell a de la ressource et un projet très prometteur. Dans The Women of Marwen de Robert Zemeckis, dont la sortie américaine est prévue pour le 21 novembre 2018, il incarne Mark Hogancamp, un photographe devenu amnésique après être tombé dans le coma. Inspiré d'une histoire vraie, ce film à fort potentiel lacrymal devrait lui sécuriser une nomination aux Oscars 2019. 

Son unique challenger est pour l'instant Christian Bale, qui a gagné 18 kilos pour incarner le vice-président de Bush Dick Cheney dans Backseat d'Adam McKay. Ironie de l'histoire: Steve Carell figure aussi au casting de ce film très attendu. Il y joue le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld. La compétition sera rude, mais Steve Carell a l'habitude. 

Jérôme Lachasse