BFMTV

2019, l'année où les Oscars ont failli se saborder

Les Oscars

Les Oscars - Kevork Djansezian / AFP

Depuis plusieurs mois, l'Académie des Oscars multiplie les annonces hasardeuses pour raccourcir la cérémonie qui doit se déroule le 24 février. Chronique d'un fiasco en quatre temps.

La grande question, cette année, n'est pas de savoir quel film remportera le plus d'Oscars, mais si la cérémonie, qui aura lieu le 24 février prochain, se déroulera sans accroc. Depuis plusieurs mois, le point culminant de l'année cinématographique fait en effet l'objet de vives polémiques.

Dans un effort de dépoussiérer la soirée des Oscars, qui a enregistré l'année dernière ses pires chiffres d'audience depuis 1974, l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences a multiplié les annonces qui ont produit l'effet inverse, donnant presque l'impression qu'elle cherchait à se saborder. Chronique d'un fiasco en quatre temps. 

L'oscar du meilleur film populaire

8 août 2018. L'Académie annonce une cérémonie des Oscars plus courte, environ de trois heures, contre près de quatre cette année. Autre mesure d'importance: la création d'une nouvelle catégorie, intitulée provisoirement "réalisation remarquable pour un film populaire" ("outstanding achievement in popular film").

La mesure est vivement décriée, autant par la profession que par les journalistes, certains y voyant un moyen de récompenser des blockbusters comme Star Wars qui ont peu de chance de remporter l'Oscar du meilleur film. Après un mois de polémique, l'Académie décide finalement d'abandonner la catégorie. 

"L'introduction d'un nouveau prix a suscité un grand nombre de réactions et nous reconnaissons la nécessité d'en discuter davantage avec nos membres", a déclaré dans un communiqué Dawn Hudson, directrice générale de l'Académie. "Nous avons apporté des changements aux Oscars au fil des ans - dont cette année, et nous continuerons à évoluer tout en respectant l'incroyable héritage des 90 dernières années."

L'Affaire Kevin Hart

4 décembre 2018. Kevin Hart annonce avec joie qu'il sera le présentateur de la 91e cérémonie des Oscars

"On m'a demandé depuis des années si jamais j'allais présenter les Oscars et ma réponse a toujours été la même (...)", a écrit l'acteur sur son compte Instagram. "J'ai répondu qu'il s'agirait d'une opportunité unique dans la vie, pour moi, en tant qu'acteur. Je suis très heureux de dire que le jour de présenter les Oscars est finalement arrivé pour moi."

Son bonheur sera de courte durée. Le 7 décembre, l'humoriste annonce qu'il se retire de la présentation des Oscars. En cause: une polémique liée à d'anciens tweets jugés homophobes. 

"J'ai pris la décision de me retirer de la présentation des Oscars. Parce que je ne souhaite pas être une distraction durant une soirée qui devrait être célébrée par tant d'artistes si incroyables. Je suis vraiment désolé. Et je demande sincèrement pardon à la communauté LGBT pour mes mots dans le passé", a-t-il écrit sur Twitter.

Début janvier, l'acteur vu dans Jumanji: Bienvenue dans la jungle multiplie les apparitions médiatiques et reformule des excuses. Après avoir interviewé Kevin Hart dans son émission, l'animatrice Ellen DeGeneres appelle même l'Académie pour lui laisser une seconde chance. Sans succès. Le 9 janvier, il lève toute ambiguïté dans l'émission Good Morning America: "Je ne présenterai pas les Oscars cette année."

"Faire des présentateurs et des films les stars" de la soirée

Après avoir laissé planer le doute pendant plusieurs semaines, l'Académie décide finalement début février de se passer d'animateur, pour la première fois en trente ans

"Les producteurs ont sagement décidé de ne pas avoir d'animateur et de revenir à la formule consistant à faire des présentateurs et des films les stars" de la soirée, a expliqué à des journalistes Karey Burke, présidente des productions ABC, la chaîne de télévision qui retransmettra la cérémonie.

Parmi les personnalités attendues figurent notamment des étoiles confirmées (Daniel Craig, Whoopi Goldberg, Jennifer Lopez, Charlize Theron), des super-héros Marvel (Chris Evans, Brie Larson), des futures stars (Amandla Stenberg, Tessa Thompson, Awkwafina et Constance Wu) et des humoristes (Tina Fey, Amy Poehler et Maya Rudolph).

Les chansons

24 janvier 2019. Les producteurs des Oscars annoncent que seulement deux chansons - sur les cinq nommées - seront interprétées en direct. Une décision prise pour réduire la durée de l'émission. Vivement critiquée - notamment par Lin-Manuel Miranda, une des stars de Mary Poppins - l'Académie fait marche arrière une semaine plus tard.

Dans une série de tweets publiés jeudi 31 janvier, l'organisation a indiqué que les téléspectateurs et les invités pourraient assister à des performances live des titres suivants: I’ll Fight (RBG), The Place Where Lost Things Go (Le Retour de Mary Poppins), When a Cowboy Trades His Spurs for Wings (La Ballade de Buster Scruggs des frères Coen), Shallow (A Star Is Born) et All the Stars (Black Panther).

La chanteuse Bette Midler interprétera The Place Where Lost Things Go du Retour de Mary Poppins, et Jennifer Hudson I'll Fight. Au centre du biopic à succès Bohemian Rhapsody, le groupe Queen, composé de Brian May et Roger Taylor, jouera un ou deux morceaux accompagné par Adam Lambert.

Des Oscars privés d'antenne?

11 février 2019. Variety annonce que quatre Oscars - meilleure photographie, meilleur montage, meilleur court-métrage et meilleurs maquillages et coiffures - seront présentés durant les coupures publicitaires pour gagner du temps. Les discours des lauréats seront ensuite montés puis diffusés pendant la cérémonie. 

La décision provoque, une fois encore, une levée de boucliers. Une quarantaine de personnalités dont Quentin Tarantino et Martin Scorsese s'indignent dans une lettre ouverte, dénonçant la décision du président de l'Académie John Bailey, pourtant un ancien directeur de la photographie, de ne pas diffuser les quatre catégories essentielles dans la conception d'un film. 

Après quatre jours d'indignations, l'Académie cède aux pressions et annonce que les 24 catégories seront toutes annoncées en direct le 24 février. Une pugnacité qui inspire sur Twitter certains réalisateurs français, comme Liam Engle

"Lorsqu'on voit les réalisateurs [américains] faire plier l'Académie des Oscars sur les prix remis pendant la pub, on se dit que ce serait bien d'entendre les français gueuler aussi fort contre la règle débile des Césars 2019: 'Le meilleur film ne peut pas gagner meilleur réalisateur'."

Jérôme Lachasse avec AFP