BFMTV

Bardot accuse le gouvernement d'être "à genoux" face aux chasseurs

À l'initiative de la Fondation Brigitte Bardot, de nombreuses associations s'unissent contre la chasse dans un manifeste publié par Le Parisien ce samedi. La défenseure de la cause animale exprime sa colère à BFMTV.

C'est un ras-le-bol que 76 Fondations et associations de défense des animaux expriment face à la chasse, dans les pages du Parisien ce samedi. À l'initiative de ce manifeste, la fondation Brigitte Bardot. Sa créatrice s'est confiée à BFMTV au sujet de cette tribune:

"C'est vraiment scandaleux que maintenant la France soit devenue un centre de loisirs pour extermination d'animaux", explique l'ancienne actrice de 84 ans. "Il y a des morts, il y a des blessés et il y a surtout des animaux qui sont pris en otage."

Et de dénoncer le gouvernement, qu'elle accuse d'être "à la botte des chasseurs":

"Le gouvernement est complètement à genoux (...) pour avoir des voix."

"Des pratiques cruelles et moralement inacceptables"

Cette tribune, signée notamment par L214, la Fondation 30 millions d'amis ou encore la Ligue de protection des oiseaux, dénonce "des pratiques cruelles et moralement inacceptables", telles que "la chasse à courre, la vénerie sous terre des renards et des blaireaux" ou "les 15 millions d'animaux d'élevage lâchés dans la nature afin d'être tirés comme au ball-trap".

Olivier Le Gall, de la Ligue pour le protection des animaux en Nouvelle-Aquitaine, évoque par ailleurs les "accidents de chasse" pour BFMTV:

"C'est chaque année entre 10 et 20 morts, et entre 100 et 200 blessés à la chasse." 

Des accidents à répétition

Treize personnes sont effectivement mortes dans des accidents de chasse lors de la saison 2017-2018, dont deux non chasseurs, comme le rapporte l'Agence France-Presse (AFP). Le 13 octobre dernier, un cycliste est mort en Haute-Savoie après avoir été touché accidentellement par un chasseur. 

Guillaume Desenfant, de la Fédération des chasseurs de la Gironde, nuance: "Le nombre d'accidents diminue. Ces dernières semaines ont été tragiques à de multiples égards, et croyez bien qu'aussi bien les chasseurs que l'ensemble des Fédérations ont conscience de tout ce que ça a pu produire dans l'esprit des Français."

Dans le manifeste, les associations demandent également que le dimanche soit un jour sans chasse, pour un meilleur partage de l'espace public.

B.P. avec Adélaïde Mangin