BFMTV

Brigitte Bardot et Catherine Deneuve parodiées au Saturday Night Live

Kate McKinnon and Cecily Strong dans la peau de Brigitte Bardot et Catherine Deneuve

Kate McKinnon and Cecily Strong dans la peau de Brigitte Bardot et Catherine Deneuve - NBC - Saturday Night Live

La célèbre émission américaine s'est moquée des deux actrices françaises au cours d'un sketch qui tourne au ridicule leurs récentes déclarations sur le harcèlement sexuel.

Deux icônes du cinéma français tournées au ridicule. Samedi soir, les humoristes Kate McKinnon et Cecily Strong se sont glissées dans la peau de Brigitte Bardot et Catherine Deneuve à l'occasion d'un sketch du Saturday Night Live. Une séquence qui moquait ouvertement les prises de positions des actrices concernant le harcèlement sexuel et les victimes qui dénoncent leur agresseur.

"Je confirme tout ce que j'ai dit, et j'irai même plus loin. Libérez Harvey Weinstein! C'est un homme, un vrai", s'écrit la fausse BB durant la pastille, une cigarette à la main. "Pourquoi les femmes ont-elles une poitrine? C'est pour que les hommes les attrapent et tirent dessus!" 

"Ne sois pas nerveux d'être à côté de deux femmes magnifiques", renchérit la fausse Catherine Deneuve en s'adressant au présentateur Colin Jost. "Nous ne te découragerons pas d'être un homme."

Brigitte Bardot opposée au mouvement #MeToo

Le Saturday Night Live, émission satirique qui s'attaque à la politique tout comme aux sujets de société, faisait ici référence à de récents propos de Brigitte Bardot, opposée au phénomène #MeToo, un mouvement qui encourage les victimes d'inconduite sexuelle à témoigner.

"Concernant les actrices, et pas les femmes en général, c'est, dans la grande majorité des cas, hypocrite, ridicule, sans intérêt. Cela prend la place de thèmes importants qui pourraient être discutés", avait-elle assuré à Paris Match en janvier dernier.

Catherine Deneuve, elle, est sous le feu des critiques en France mais aussi outre-Atlantique après avoir signé une tribune publiée dans Le Monde pour "défendre" la "liberté d'importuner" pour les hommes. L'actrice avait toutefois présenté ses excuses aux victimes de harcèlement quelques jours après la publication du texte qu'elle juge "vigoureux, à défaut de le trouver parfaitement juste".

Nawal Bonnefoy