BFM Paris

Taxer les terrasses éphémères à Paris? Anne Hidalgo assure que "la décision n'est pas prise"

Anne Hidalgo.

Anne Hidalgo. - Jacques WITT © 2019 AFP

La maire de Paris entend "demander à l'État des compensations" et assure vouloir continuer "d'aider les commerçants".

Les bars, cafés et restaurants vont-ils devoir payer pour les terrasses éphémères installées devant leurs boutiques? "La décision n'est pas prise", assure ce mercredi Anne Hidalgo sur Franceinfo.

La veille, son adjointe en charge du commerce Olivia Polski avait annoncé dans Le Parisien que les terrasses et extensions éphémères "seront payantes" à partir de juillet. "Ce n'est pas certain, on discute", nuance encore la maire de Paris. Le Conseil de Paris se penchera néanmoins sur la question et sur l'adoption d'un nouveau règlement concernant ces terrasses qui vont être pérennisées. Depuis l'année dernière, ces extensions avaient été exemptées de taxes.

La ville doit "retrouver des recettes"

Si la maire de Paris assure vouloir "aider les commerçants à sortir de cette situation", "il faut aussi que la ville puisse assumer budgétairement les responsabilités qui sont les siennes". Alors qui doit payer?

"Il faudra bien que la ville puisse retrouver des recettes", admet encore la maire de la capitale, qui se tourne aussi vers l'État: "Pour l'instant, c'est la ville qui paye et j'entends bien demander à l'État des compensations sur toutes ces recettes que nous n'avons pas pu percevoir".

Outre les terrasses, Anne Hidalgo estime que la ville a pris sa part dans la crise sanitaire, en réalisant des investissements par exemple pour les écoles. Pour la maire de Paris, "le gouvernement ne prend pas la mesure de ce que le Covid a été pour les communes, de leur engagement financier".

Pour Anne Hidalgo, l'État doit désormais s'engager pour aider les communes "à passer le cap" pour se "relever le plus vite possible".

https://twitter.com/caroleblanchard Carole Blanchard Cheffe de service BFM Régions