BFM Paris

Saint-Ouen: le port du masque devient obligatoire dans les lieux publics clos

À Saint-Ouent, le port du masque est désormais obligatoire dans les lieux publics clos.

À Saint-Ouent, le port du masque est désormais obligatoire dans les lieux publics clos. - WANG ZHAO © 2019 AFP

La préfecture de Seine-Saint-Denis a pris un arrêté lundi après le recensement de plusieurs cas de coronavirus dans une école de la ville.

Le préfet de Seine-Saint-Denis a pris lundi un arrêté obligeant le port du masque dans les lieux clos recevant du public à Saint-Ouen-sur-Seine "que son activité soit d'ordre administratif ou commercial". Sont notamment concernés les "commerces", "mairie", "services publics", "parties communes des hôtels".

Les festivités du 14-Juillet repoussées

Cette décision, prise sur recommandation de l'Agence régionale de santé (ARS), intervient après le "recensement de plusieurs cas de tests positifs" lors d'"une opération de dépistage conduite auprès des enfants de l'école Anatole France" le 10 juillet, explique la préfecture dans un communiqué.

Le maire de la ville, Karim Bouamrane (PS), a de son côté indiqué avoir reporté les festivités et le feu d'artifice prévus lundi soir à une date ultérieure, afin d'éviter tout rassemblement.

Lundi, des victimes du coronavirus et des professionnels de santé ont annoncé saisir en urgence le Conseil d'Etat pour enjoindre l'Etat à rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos. Le Premier ministre Jean Castex avait indiqué dimanche que "la question de développer le port du masque est à l'étude", notamment pour les lieux clos.

#MasquésMaisEnLiberté

A Nice, où des milliers de personnes ont assisté samedi soir à un concert sans distanciation, le maire LR Christian Estrosi a annoncé qu'il imposera désormais le masque pour les grands événements que sa municipalité organise, et a demandé à l'Etat d'en faire de même.

Plusieurs médecins ont signé une tribune appelant au "port du masque obligatoire dans tous les lieux publics clos". Intitulée #MasquésMaisEnLiberté, cette tribune publiée dans Le Parisien, met en garde contre "un possible redémarrage massif des transmissions".

Par B.R. avec AFP