BFM Paris

Présidentielle 2022: Anne Hidalgo rassemble lundi ses soutiens pour préparer son projet politique

Anne Hidalgo sera lundi à Villeurbanne.

Anne Hidalgo sera lundi à Villeurbanne. - AFP

La maire de Paris Anne Hidalgo, qui ne s'est pas officiellement déclarée candidate à la présidentielle, poursuit l'ébauche de son projet politique. Elle réunira lundi à Villeurbanne (Rhône), ses soutiens.

Elle ne s'est toujours pas déclarée officiellement candidate à la présidentielle mais Anne Hidalgo commence à s'organiser. La maire de Paris réunira lundi à Villeurbanne (Rhône) des maires de gauche autour de premières "propositions" sur les questions qu'elle juge prioritaires: pouvoir d'achat, logement, santé et transition écologique.

Plusieurs centaines d'élus réunis

Galvanisés par les résultats aux élections régionales, où le PS a conservé les cinq régions qu'il détenait, plusieurs centaines de maires et d'élus, comme l'édile socialiste de Montpellier Michael Delafosse, la maire PS de Nantes Johanna Rolland, la chef des députés socialistes Valérie Rabault ou la présidente de la région Occitanie Carole Delga vont se retrouver autour de la maire de Paris pour cette "journée de travail et d'échanges". Anne Hidalgo avait expliqué sur France 2 il y a dix jours, vouloir "travailler sur le fond" à Villeurbanne.

Objectif: "jeter les bases de la construction d'un projet pour la France", explique le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol, qui compte parmi les proches de l'édile parisienne.

Après avoir lancé en mars sa plateforme de réflexion "Idées en commun", rassemblant élus, experts et société civile, il s'agit de "rassembler physiquement l'équipe de France des maires et élus locaux sur lesquels Anne Hidalgo a décidé d'appuyer le socle de sa démarche politique", précise le maire de Bourg-en-Bresse Jean-François Debat. Et "travailler sur le fond avec des contributions de ces élus qui sont dans les projets concrets et réels, sur le terrain", insiste-t-il. Il est à l'initiative de l'appel avec le sénateur Patrick Kanner, invitant Anne Hidalgo à se lancer dans la bataille présidentielle.

Environnement, travail, logement: une vision à préciser

Au menu de cette journée, les questions de santé, travail, salaires, transition écologique et réindustrialisation, ou encore logement, "des chantiers sur lesquels "nous avons un devoir d'inventivité", dit Jean-François Debat.

"L'enjeu est par exemple que les sujets d'environnement, qui étaient auparavant une partie de notre programme, deviennent partie intégrante de notre programme, que la transition écologique soit un vecteur de l'objectif social", analyse le maire de Bourg-en-Bresse

"Ce sera l'occasion aussi pour Anne Hidalgo de préciser sa vision" et ses "préoccupations sociales", par exemple sur "les petits salaires qu'elle juge trop bas en France, au vu du coût du logement", a indiqué la porte-parole du PS Gabrielle Siry Houari samedi sur LCI.

"On doit apporter un projet qui renverse la table", estime Patrick Kanner, qui prévient: "il n'y aura pas d'annonce sur sa candidature lundi, mais des annonces sur le fait qu'on peut gérer le pays autrement, oui". Ce rassemblement marque "une montée en puissance progressive mais certaine", veut croire le sénateur.

Et alors que les écologistes, qui présenteront eux aussi un candidat à la présidentielle de 2022, veulent proposer après leur primaire de septembre aux autres forces de gauche de "le soutenir", les partisans d'Anne Hidalgo considèrent eux que "la gauche peut se rassembler autour d'elle".

"Les conditions d'une candidature sérieuse et rassembleuse se mettent en place", note Patrick Kanner, soulignant que son appel rassemblait désormais "près de 500 signatures" d'élus de gauche.

Pas de participation à une primaire prévue

La maire de Paris, qui va se déplacer tout l'été, devrait annoncer sa décision en septembre ou octobre. Beaucoup jugent déjà qu'il n'est pas nécessaire, si elle se déclare candidate, qu'elle passe par la case primaire, pourtant réclamée par le maire du Mans Stéphane Le Foll, qui se verrait bien y participer. Anne Hidalgo n'y est elle-même pas favorable. "La primaire est un processus excluant, un jeu de massacre, on a d'abord besoin d'une dynamique, d'un collectif et d'une incarnation", abonde Nicolas Mayer-Rossignol.

La maire de Vaulx-en-Velin et ancienne Secrétaire d'Etat, Hélène Geoffroy, qui brigue la tête du PS lors du congrès de septembre et sera présente lundi à Villeurbanne, estime cependant que les militants doivent être associés au choix et rappelle que, pour l'instant, la primaire est inscrite dans les statuts du parti.

Pour le moment, selon un récent sondage d'Elabe pour BFMTV, Anne Hidalgo serait créditée de seulement 5% d'intentions de votes au premier tour de l'élection présidentielle.

G.H. avec AFP