BFMTV

Candidats, parrainages, calendrier: comment va s'organiser la primaire écolo pour la présidentielle

Sandrine Rousseau, Eric Piolle, Yannick Jadot, Jean-Marc Governatori et Delphine Batho.

Sandrine Rousseau, Eric Piolle, Yannick Jadot, Jean-Marc Governatori et Delphine Batho. - AFP

En annonçant sa candidature ce lundi matin sur BFMTV-RMC, Delphine Batho rejoint la liste des prétendants à la présidentielle passant par la primaire du pôle écologiste. Un scrutin qui ne comprendra pas seulement des membres d'Europe Écologie-Les Verts.

Eux aussi veulent vous faire oublier les régionales, décevantes pour leur camp. À la sortie d'un scrutin marqué par une abstention record, les écologistes ont les yeux rivés vers la prochaine élection présidentielle. Une échéance électorale où la gauche partira là encore en rang dispersé, les prétendants à la fonction suprême étant nombreux et aux divergences politiques marquées.

Les écologistes veulent malgré tout empêcher un vaste éparpillage des voix et procédent - comme en 2011 et 2016 - à une nouvelle primaire afin que soit formellement désigné le ou la candidate qui portera leurs idées en 2022. Avec Delphine Batho, qui a officialisé sa candidature ce lundi sur BFMTV-RMC, ils sont désormais cinq prétendants en lice.

"La primaire, première et dernière!", confessait le Républicain Brice Hortefeux après l'échec de François Fillon au premier tour de la présidentielle de 2017. La déroute des partis traditionnels à cette élection marquait aussi l'échec des primaires, censées faire émerger une personnalité politique dotée d'une légitimité supplémentaire pour se présenter à la présidentielle. Yannick Jadot, alors vainqueur de la primaire d'Europe-Écologie-Les Verts, avait rallié Benoît Hamon - gagnant de la primaire socialiste - pour un résultat des plus catastrophiques.

Qu'à cela ne tienne. Le pôle écologiste a depuis vu le jour. Une coalition regroupant Europe Écologie-Les Verts, Génération.s, Génération écologie, Cap écologie et le Mouvement des progressistes. Un panel de partis qui se sont accordés pour avoir une nouvelle fois recours à la primaire pour départager leurs candidats.

"Le dépassement, c'est ce que nous sommes en train de faire", avait assuré en avril dernier le secrétaire national d'EELV Julien Bayou.

• Quelles sont les conditions pour y participer?

La primaire du pôle écologiste est ouverte. Autrement dit il ne sera pas nécessaire pour les électeurs d'être adhérents à l'une des formations politiques précédemment mentionnées pour y participer. Il suffira d'être âgé de plus de 16 ans pour prendre part au vote, de s'acquitter de la somme de deux euros au minimum et de signer la charte de la primaire.

Une charte portant les "valeurs et les principes fondamentaux du pôle écologiste", dont "la responsabilité de l'humanité dans la sauvegarde de la biodiversité et du vivant", "la reconnaissance de l’état d’urgence climatique" ou encore "l’indispensable réduction des inégalités sociales."

S'agissant des candidats, ils ont jusqu'au 12 juillet pour officiellement déposer leur candidature à la primaire du pôle écologiste. Ils dovient également obtenir un nombre suffisant de parrainages (28) parmi les 236 marraines et parrains désignés par les différents partis politiques participant à la primaire.

• Qui sont les candidats déclarés?

Ils sont cinq prétendants pour l'heure:

• Sandrine Rousseau est la première à avoir annoncé sa candidature dès le 26 octobre 2020. Celle qui fut secrétaire national adjoint d'EELV s'était mise en retrait du parti à la suite de l'affaire Denis Baupin avant d'y adhérer à nouveau au début du mois d'octobre 2020.

• Éric Piolle est le deuxième visage de cette primaire écologiste. Le maire de Grenoble a multiplié ces derniers mois les déplacements dans toute la France à l'occasion des régionales et les prises de parole dans la presse.

Yannick Jadot a confirmé son intention de se présenter à la présidentielle de 2022 en passant par la primaire écologiste, après l'avoir remportée fin 2016 avant de se ranger derrière la candidature de Benoît Hamon. "J'ai toujours été fidèle et loyal à ma famille politique, c'est un mode de désignation transparent", a-t-il affirmé fin juin sur le plateau du 20 heures de TF1.

• Jean-Marc Governatori, co-président du parti Cap écologie et candidat malheureux aux régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur, a annoncé le week-end dernier sa candidature "centriste" à la primaire. Moins connu que ses concurrents, il n'en demeure pas fois une figure de la gauche écologiste.

• Delphine Batho entend également participer à cette primaire. L'ancienne ministre de l'Écologie sous François Hollande, présidente du mouvement Génération écologie, a également annoncé ce lundi matin sur BFMTV-RMC son intention de se présenter. "Le sens de ma candidature est de vouloir préparer les écologistes à l'exercice des responsabilités", a-t-elle déclaré.

• Quand se tiendra le vote?

Le nom du candidat ou de la candidate du pôle écologiste à la présidentielle sera connu d'ici la fin du mois de septembre. Le premier tour se tiendra entre le 16 et le 19 septembre prochain.

À l'issue de celui-ci, un second tour sera organisé entre le 25 et le 28 septembre 2021 pour départager les deux qualifiés. Celui qui remportera le second tour sera ensuite désigné comme le candidat du pôle écologiste pour l'élection présidentielle de 2022.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV