BFM Paris

Forêts urbaines, rues oasis et création de parcs: le projet de végétalisation de la mairie de Paris

Paris veut planter 170.000 arbres dans la capitale en six ans (photo d'illustration).

Paris veut planter 170.000 arbres dans la capitale en six ans (photo d'illustration). - Pxhere

D'ici 2026, Anne Hidalgo et son équipe souhaitent planter 170.000 arbres et faire disparaître 100 hectares de bitume de la capitale.

Forêt urbaines, végétalisation de toits et de murs, créations de rues oasis... D'ici la fin de la mandature, la mairie de Paris souhaite végétaliser de nombreux espaces actuellement bitumisés dans la capitale.

Avec la multiplication à venir des épisodes caniculaires, la municipalité entend "mettre le végétal au coeur de chaque projet d'aménagement", a résumé Anne Hidalgo, qui a confié la supervision de cet ambitieux projet de végétalisation à son adjoint aux espaces verts, Christophe Najdovski.

Forêts urbaines à l'Hôtel de Ville et devant la gare de Lyon

Parmi les grands objectifs de la mairie de Paris d'ici 2026: la plantation de 170.000 arbres, sur le bord du périphérique notamment", explique Christophe Najdovski dans le Parisien ce mercredi. La municipalité souhaite en effet faire du boulevard parisien une "forêt circulaire". Près de 50.000 abres devraient également être plantés dans les parcs et 30.000 dans les cimetières.

Cette opération de plantation massive passera également par la création de "forêts urbaines". Difficile à imaginer dans une ville où les souterrains sont occupés par un important réseau de transports en commun. Mais Christophe Nadjdvski assure que des études ont démontré que plusieurs sites avaient des potentiels pour accueillir ces petites forêts:

"Cinq site sont choisis: les parvis de l'Hôtel de Ville et de la gare de Lyon, la place de la Bourse et celle de la Catalogne et rue Curial", énumère l'adjoint, qui explique que les travaux se feront à certains endroits "sur dalle" en raison des ouvrages déjà construits en-dessous.

Des chantiers contre lesquels certains élus écologistes mettent en garde. Concernant la future forêt urbaine de l'Hôtel de Ville, "des spécialistes nous disent que la durée de vie de cette dalle n'excédera pas une trentaine d'années", assure au Parisien Fatoumata Koné, présidente du groupe écologiste au Conseil de Paris.

100 hectares de bitume végétalisés d'ici 2026

La végétalisation de la capitale devrait également passer par la création -ou l'extension- de 30 nouveaux hectares de parcs et de jardins ainsi que de 30 hectares d'espaces verts sur les toits, façades et terrasses parisiennes. La mairie souhaite par ailleurs végétaliser les portes d'entrée dans la capitale, les ponts mais également certaines rues pour les transformer en "oasis".

"Nous irons aussi chercher de la place sur la voirie. On estime qu'il reste encore 400km de rues non plantées qui peuvent accueillirs des arbres", explique Christophe Najdovski, qui évoque la possibilité de supprimer des places de stationnement ou de réduire le nombre de voies dédiées aux voitures sur certains axes, comme l'avenue d'Iéna ou le boulevars des Invalides.

L'axe Stalingrad-Bastille pourrait quant à lui se transformer en "ramblas vertes", comme souhaité par Anne Hidalgo.

"L'idée est d'avoir une grande promenade verte allant du canal de l'Ourcq jusqu'à la Seine", résume l'adjoint, qui entend "verdir le canal pour avoir une coulée verte et bleue".

En tout, ce ne sont pas moins de 100 hectares de bitumes que la mairie de Paris souhaite végétaliser de différentes manière d'ici la fin du second mandat d'Anne Hidalgo. À plus long terme, l'objectif est d'atteindre les 40% de territoire végétalisé et perméable à l'horizon 2040.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions