BFMTV
Météo

Vent violent, vagues-submersion, pluie-inondation: où se dirige la tempête Ana?

Après des pointes jusqu'à 161 km/h dans les Pays de la Loire ce lundi matin, la tempête Ana va traverser le pays d'ouest en est tout en remontant vers le nord. Les vents resteront puissants tout au long de la journée.

Vent violent, vagues-submersion, neige et verglas, pluie-inondation et risques d'avalanches: 24 départements ont été placés ou maintenus en vigilance orange ce lundi matin. En cause: la tempête Ana. Après le nord de la région Nouvelle-Aquitaine et les Pays de la Loire en fin de nuit, cette alerte concerne ce lundi à la mi-journée les régions Centre-Val de Loire et Auvergne-Rhône-Alpes.

Touchant en premier lieu les côtes atlantiques, les rafales se propagent petit à petit d'ouest en est sur le nord du Massif central. Les départements voisins de la vallée du Rhône ne sont pas épargnés: les vents atteindront les 100/110 km/h en rafales. Blois, dans le Loir-et-Cher, a enregistré des rafales à 121 km/h.

161 km/h sur l'île de Ré

En Vendée, où la tempête a frappé les côtes ce lundi matin très tôt, les rafales ont approché les 140 à 150 km/h sur la côte. Une pointe à 161 km/h a été enregistrée sur l'île de Ré, 137 km/h à l'île d'Yeu, 129 km/h sur l'île d'Oléron et 122 km/h à La Rochelle. À l'intérieur des terres, la pointe la plus forte a été enregistrée à 125 km/h à Luçon, comme le rapporte la préfecture. 

Le pont de Noirmoutier, un temps fermé, a rouvert dans la matinée, les vents ayant faiblis. En raison de chutes d'arbres, certains axes routiers sont toujours coupés. Les transports scolaires sont par ailleurs suspendu dans l'ensemble du département. Selon la préfecture, les services de secours sont intervenus à plus de 300 reprises.

Dans les Pays de la Loire, 90.000 foyers sont toujours privés d'électricité ce lundi matin, dont 45.000 pour le seul département de la Vendée. En tout, sur le territoire national, ce sont pas moins de 120.000 foyers qui n'ont plus de courant.

Vigilance vagues-submersion

L'accalmie en Aquitaine est arrivée dans la matinée après cette "tempête commune en période hivernale", qui se produit "3 à 4 fois par an", selon Météo France. L'organisme de prévision météorologique met néanmoins en garde contre des vagues très hautes sur le littoral aquitain et le bassin méditerranéen. Ces vagues pourraient "déferler près du rivage" et "engendrer des submersions importantes sur les parties basses ou exposées".

Les côtes de la Gironde et des Landes ont ainsi été placées en alerte orange vagues-submersion, "de fortes vagues justifiant une vigilance toute particulière". L'alerte concerne aussi les littoraux de l'Hérault, des Bouches-du-Rhône, du Var, des Alpes-Maritimes et de la Corse-du-Sud. De fortes précipitations sont attendues en région Paca, avec parfois l'équivalent d'un mois et demi de pluie.

Des chutes de neige

Cette première tempête de l'hiver génère un autre phénomène. En raison d'une remontée d'air froid vers le nord, la neige tombe en abondance dans le nord du Pas-de-Calais. L'autoroute A16, qui parcourt le littoral du Nord de la France, est fermée entre Calais et Boulogne-sur-Mer.

Les massifs alpins sont également placés en alerte orange avalanches, un risque renforcé par "les vents forts en altitude". Au dessus de 2000 mètres, les quantités de neige fraîche sont supérieures à un mètre (et jusqu'à 1,60 m localement) dans les massifs des Alpes du Sud, et de l'ordre d'un mètre en Haute-Savoie, dans l'Isère et en Savoie.

Avant de frapper la France, Ana a d'abord touché le nord de l'Espagne et du Portugal, tout comme les côtes britanniques. Une femme a été tuée dimanche par la chute d'un arbre sur sa voiture à Marco de Canavesses, près de Porto. Cet accident a également fait deux blessés légers. La pluie et les vents ont entraîné la chute de 389 arbres et 37 inondations, d'après la protection civile. 

Céline Hussonnois-Alaya