BFMTV

Pourquoi le Var est-il victime d'inondations à répétition?

Une des communes varoises inondées ce week-end.

Une des communes varoises inondées ce week-end. - -

Le département a été touché pour la troisième fois en quatre ans par une catastrophe naturelle. Les permis de construire en zone inondable sont pointés du doigt.

2010, 2011 et 2014. Trois années noires pour le département du Var, qui se relève à peine des inondations majeures qui ont dévasté plusieurs communes dimanche. Pourtant, "ce qui s'est produit n'est pas un phénomène climatique rare sur la côte méditerranéenne", estime le chef prévisionniste de Météo-France, René Jourdan.

Pourquoi, alors, le phénomène a-t-il été aussi destructeur à La-Londe-les-Maures près d'Hyères, où une vague a submergé un quartier, faisant un mort? L'une des raisons est "l'effet amplificateur du bassin versant" de la rivière Maravenne, explique le responsable du service de prévention des crues méditerranéennes à Météo-France, André Martin. "Le ruissellement, sur un bassin versant très réduit, de l'ordre de 70 km2", explique en partie "ces conséquences relativement catastrophiques".

Les permis de construire pointés du doigt

L'autre raison de ces inondations violentes à répétition incomberait à "l'inaction des pouvoirs publics", selon une association de riverains, qui les accuse de laisser les promoteurs construire n'importe où. En 2011, un rapport du Sénat notait d'ailleurs le retard du département dans la lutte contre ces phénomènes, le caractère aléatoire des interdictions de construire en zone inondable, et l'entretien défaillant des cours d'eau.

Pour les élus locaux, cette prévention insuffisante serait surtout une question de coûts. "Ca nécessite de nombreux investissements, un certain nombre d'études préliminaires, dont certaines sont engagées, mais pas pour un aléas aussi important", explique Philippe Cozic, ingénieur au Conseil général du Var.

Seule amélioration entre 2010 et 2014: la mobilisation des secours, bien plus rapide cette fois-ci. Les nombreuses évacuations ont sans aucun doute permis d'éviter un bilan humain plus terrible.

A. G. (vidéo: E. d'Harcourt et S. Savoye)