BFMTV

Maria: la Guadeloupe placée en alerte rouage cyclonique, des renforts attendus

Les Antilles à nouveau sous la menace d'un cyclone. En Guadeloupe, des vents violents de 150 à 180 km/h avec des rafales à 200 km/h sont attendus.

Les Antilles en alerte. La Guadeloupe sera en alerte rouge cyclone à partir de 12 heures (heure locale, 18 heures en métropole) ce lundi, a annoncé la préfecture du département dimanche soir à l'approche de la tempête tropicale qui s'est transformée en ouragan. Dans un premier temps placée en vigilance orange cyclonique, la Martinique a, elle aussi, vu son niveau relevé à rouge dans la journée de lundi.

"Le cyclone est actuellement situé à 500 km de Marie-Galante. Son centre devrait passer au sud de la Grande Galette mardi à 2 heures du matin, puis sur Basse-Terre, avant de s'éloigner au large de Bouillante", indique dimanche soir dans un communiqué la Préfecture de Guadeloupe.

Tandis que 110 militaires de la protection civile ont été envoyés sur place en renfort, les autorités demandent à chacun "de ne plus se déplacer, de se mettre à l'abri, soit dans son habitation, soit dans un abri sûr, et de s'informer des conditions météo à la radio". A cela s'ajoutent les consignes usuelles d'autonomie pour plusieurs jours: préparer des réserves d'eau, de nourriture... L'aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes a suspendu le trafic aérien de lundi 15 heures à mardi 14 heures, "au plus tôt", précise la direction.

Des rafales à 200 km/h

Maria, pour l'instant de catégorie 1 sur une échelle de 5, pourrait prendre de la puissance à l'approche des terres. Il "n'est pas totalement exclu que Maria atteigne la catégorie 3 à son passage au plus près de la Guadeloupe", alerte Météo France pour qui "cette menace doit être prise très au sérieux". Des vents violents de 150 à 180 km/h avec des rafales à 200 km/h sont attendus sur l'île. De fortes pluies pouvant aller jusqu'à 400 mm par endroit et qui se poursuivront sur toute la journée de mardi sont également prévues. Par précaution, les écoles ont été fermées, les administrations et entreprises le seront également à partir de 12 heures.

Avec une puissance évaluée "entre 2 et 3", "cela montre évidemment que nous aurons des difficultés importantes", a pour sa part affirmé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

La crainte des autorités s'entend notamment dans le fait que la Guadeloupe est la base arrière des secours qui interviennent à Saint-Martin et Saint-Barthélemy. "La Guadeloupe était le centre logistique à partir duquel nous pouvions alimenter l'île de Saint-Martin et organiser l'ensemble des rotations aériennes et des approvisionnements", a souligné le ministre lors d'un point de situation à Paris, assurant que des précautions ont été prises alors que 3.000 personnels de secours sont déjà sur place. Outre les 110 renforts prévus, 400 à 500 autres pourraient être déployés.
Justine Chevalier avec AFP