BFMTV

INFOGRAPHIE – Ce que l'espace a fait au corps de Thomas Pesquet

Thomas Pesquet à bord de la station spatiale internationale (ISS)

Thomas Pesquet à bord de la station spatiale internationale (ISS) - -

Thomas Pesquet sortira changé à tout jamais de son voyage de presque 200 jours à bord de la station spatiale internationale. Apesanteur, radiations, l’espace impose des conditions de vies extrêmes au corps humain, aux répercussions graves sur la santé des astronautes.

Après 196 jours passés à 400 kilomètres au-dessus de la Terre, Thomas Pesquet est de retour sur sa planète natale. L’espace impose des conditions de vie extrêmes au corps humain. L’astronaute français n'est plus le même qu’à son départ du Kazakhstan, cinq mois plus tôt. L’apesanteur lui a fait prendre quelques centimètres, qu’il va perdre rapidement en retrouvant la gravité terrestre. Mais son voyage dans l’espace pourrait également avoir des conséquences plus gênantes sur le long terme.

L’espace fait vieillir plus vite

La Nasa prend le sujet très au sérieux. Elle étudie depuis plusieurs années les conséquences des longs vols spatiaux sur le corps humain dans le projet d’envoyer des hommes sur Mars. En 2015, Scott Kelly a été envoyé un an dans l’espace, tandis que son jumeau Mark est resté sur Terre, dans des conditions normales d’existence. Résultat, 12 mois après, les frères autrefois quasiment identiques se ressemblaient beaucoup moins. Scott paraît désormais plus âgé. L’espace a déformé son visage et son corps: l'apesanteur change la répartition des fluides dans le corps.

En comparant les données médicales des deux jumeaux, la Nasa a analysé les effets néfastes de l’espace sur l’organisme et ses conclusions font plutôt peur à lire. Baisse de la densité osseuse, perte de la masse musculaire, troubles de la vue, paresse cardio-vasculaire, à bord de la station internationale, un être humain vieillit bien plus rapidement que sur la planète Terre. Cliquez sur les points de l’infographie ci-dessous pour en savoir plus.

Des solutions à l’étude

Si vous rêviez d’habiter un jour sur Mars, rassurez-vous: la Nasa cherche des solutions pour limiter ces effets et se veut rassurante : "Quand nous ferons le grand bond vers Mars, nous serons prêts". Les astronautes actuels s’exercent près de 2h et demi par jour pour garder leur santé cardiaque, osseuse et musculaire. Des pantalons sont conçus pour comprimer les fluides dans le bas du corps. La nutrition est également adaptée aux exigences spatiales, notamment pour éviter les calculs rénaux, l’un des grands maux des voyageurs cosmiques.

Mais le plus grand défi de la Nasa reste les radiations. Sans la protection de l’atmosphère terrestre, les astronautes reçoivent 10 fois la radiation qui arrive naturellement sur Terre. Une telle exposition augmente le risque de cancer et endommage le système nerveux central. Des études montrent également que les radiations pourraient modifier l’ADN humain. Seule solution envisagée pour l’instant: améliorer encore les boucliers des équipements.

Les conséquences psychologiques

La Nasa s’intéresse également aux conséquences sur le psychisme d’un tel périple. Thomas Pesquet et ses collègues sont restés confinés dans un même espace pendant des mois Malgré une sélection drastique et un entrainement soutenu, les conflits humains sont inévitables.

Dans la station spatiale internationale, le jour se lève et se couche toutes les heures. Les astronautes voient leur rythme circadien totalement détraqués, augmentant les risques de troubles du sommeil et de dépression. Malgré un programme très chargé, les passagers de l’ISS peuvent ressentir un profond sentiment d’ennui, lié au confinement.

Le vaisseau Soyouz a atterri à 16h10 précises ce vendredi après-midi au Kazakhstan. Thomas Pesquet va maintenant subir une batterie de tests et d’examens médicaux. Les effets à court terme, comme la maladresse, l’épuisement, les nausées ou les maux de terme disparaîtront au bout d’une semaine.

Emeline Gaube