BFMTV

6 points à retenir pour comprendre la vague de chaleur exceptionnelle qui touche la France

Le Parc André-Citroën à Paris le 26 juillet 2018

Le Parc André-Citroën à Paris le 26 juillet 2018 - ALAIN JOCARD / AFP

L'épisode caniculaire commence réellement ce lundi et la semaine en plus d'être éprouvante, promet d'être inédite. Retour sur les six points clés de la vague de chaleur qui arrive sur le pays.

L'épisode caniculaire a commencé et l'on sait d'ores et déjà que des records de chaleur pour un mois de juin vont être établis, et même localement des records tous mois confondus. Voici les quelques points-clés de cette canicule d'une précocité sans précédent.

Des pics à 40°C

Les journées les plus chaudes sont attendues jeudi et vendredi. Les températures vont s'envoler, et ce dès aujourd'hui. Pour la journée de vendredi notamment, dans les grandes villes l'atmosphère sera irrespirable et on y battra certainement des records de chaleur pour un mois de juin.

A Lyon, qui pourrait être l'agglomération la plus chaude ce jour-là, on attend jusqu'à 40°C. Les températures nocturnes ne laisseront pas non plus de répit puisque le mercure ne descendra pas sous la barre des 20°C. Du côté de Paris on ne sera pas mieux loti avec entre 36 et 39°C à partir de mercredi et jusque vendredi.

Jusqu'à 48 ressenti du fait de l'humidité

Particularité de cette canicule, l'humidité. Si la chaleur sera déjà étouffante, l'humidité va alourdir encore un peu plus la température ressentie.

  • Selon les prévisions de Météo France, celle-ci passera par du 48 des Hauts-de-France à la Loire, en passant par la Normandie et la Champagne. Notons qu'au dessus de 46, les spécialistes parlent de danger extrême.

Record de précocité

Cette vague de chaleur s'annonce exceptionnelle pour un mois de juin. Habituellement les canicules touchent le pays entre début juillet et mi-août, même si ces dernières années la France a connu plusieurs épisodes de fortes chaleurs précoces et tardives, comme en juin 2017.

Selon Météo France, depuis 1947, seule la vague de chaleur du 18 au 28 juin 2005 avait été aussi précoce. Cette fois, l'épisode promet d'être sans précédent.

Plus accablant qu'en 2003

Entre cette humidité et les trop fortes températures attendues, la canicule de 2003 devrait être largement surpassée cette semaine. Il est en effet prévu des conditions thermométriques supérieures de deux ou trois degrés.

Car la canicule sera moins sèche et les effets de la touffeur entraînée par l'humidité seront bien supérieurs à l'épisode dévastateur d'il y a seize ans. 

L'organisme de prévision météorologique explique que la fréquence et l'intensité des vagues de chaleur devraient augmenter au cours du siècle. D'ici à 2050 la fréquence de ces évènements pourrait même doubler.

41°C attendus sous abri

Autre point clé de cette canicule, la température ressentie sous abri. Cette année les prévisionnistes annoncent jusqu'à 41°C à l'ombre, un record pour un mois de juin.

  • Par ailleurs en 2003, le plus haut pic de chaleur ressenti sous abri avait atteint les 44,1 degrés.

Probable accalmie ce week-end

Si l'organisme de prévisions météo a repoussé plusieurs fois ces derniers jours la date de l'accalmie, l'épisode de chaleur extrême devrait prendre fin ce week-end sur une partie du pays.

Pour la moitié nord, la canicule devrait s'achever pour la journée de dimanche, même si 30°C seront tout de même enregistrés l'après-midi. Sur le sud-est en l'occurrence, on ne sait pas exactement quand cet épisode prendra fin. Les prévisionnistes parlent du début de semaine prochaine.

Christophe Person avec Manon Fossat