BFMTV

Un concert pop de gala pour le Jubilé de la reine

Les célébrations organisées pour le jubilé de diamant de la reine Elizabeth II se sont poursuivies lundi soir avec un concert de gala devant Buckingham Palace, auquel ont notamment participé Robbie Williams, Stevie Wonder, Tom Jones, Shirley Bassey, Elton

Les célébrations organisées pour le jubilé de diamant de la reine Elizabeth II se sont poursuivies lundi soir avec un concert de gala devant Buckingham Palace, auquel ont notamment participé Robbie Williams, Stevie Wonder, Tom Jones, Shirley Bassey, Elton - -

par Mohammed Abbas et Mike Collett-White LONDRES (Reuters) - Les célébrations organisées pour le jubilé de diamant de la reine Elizabeth II se sont...

par Mohammed Abbas et Mike Collett-White

LONDRES (Reuters) - Les célébrations organisées pour le jubilé de diamant de la reine Elizabeth II se sont poursuivies lundi soir avec un concert de gala devant Buckingham Palace.

Dix mille billets avaient été vendus et c'est devant une foule compacte que Robbie Williams a donné le coup d'envoi de ce concert-événement en l'honneur de la souveraine qui célèbre ses soixante ans sur le trône.

Son époux, le prince Philip, qui aura 91 ans le week-end prochain, n'a pu assister à ce nouveau rendez-vous du "Diamond Jubilee". Victime d'une infection urinaire, il a été admis lundi à l'hôpital "par précaution" et restera en observation pendant plusieurs jours.

La reine a en revanche pris part au gala, retransmis par la BBC qui a annoncé "l'un des shows les plus spectaculaires jamais vus au Royaume-Uni".

Outre Robbie Williams, Stevie Wonder, Tom Jones, Shirley Bassey, Sir Elton John et Sir Paul McCartney se sont notamment succédé sur la scène circulaire. Le groupe ska Madness a pour sa part interprété son tube "Our House" sur le toit du palais.

Après trois heures de concert, Elizabeth II, visiblement fatiguée, est à son tour montée sur scène en compagnie de son fils, le prince Charles, qui a prononcé quelques mots émouvants.

"Le seul point noir ce cette soirée, c'est que mon père n'a pas pu être ici parce qu'il est malheureusement souffrant. Mais, mesdames et messieurs, si nous crions suffisamment fort il pourra nous entendre depuis l'hôpital", a déclaré l'héritier du trône.

"Au nom de la nation, nous vous remercions, vous et mon père, d'avoir toujours été à nos côtés, de nous inspirer par votre dévouement et de faire en sorte que nous puissions être fiers d'être Britanniques à un moment ou nombre de nos concitoyens font face aux épreuves et aux difficultés", a-t-il ajouté avant de lancer un triple ban en l'honneur de sa mère.

La soirée s'est achevée avec "God Save the Queen" et un grand feu d'artifice, tandis que l'Union Jack était projeté sur la façade de Buckingham.

A l'issue du concert, 4.000 balises lumineuses réparties au Royaume-Uni et dans le Commonwealth ont été allumées. Dès 15h00 GMT, décalage horaire oblige, les premiers lampions se sont allumés sur les îles de Tonga, en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Les festivités s'achèveront mardi par une cérémonie d'action de grâce à la cathédrale Saint Paul de Londres, suivie d'un défilé de calèches sur le Mall, après quoi la famille royale saluera la foule des balcons de Buckingham.

C'en sera alors fini d'un événement qui a mobilisé les Britanniques et passionné très au-delà des frontières du Royaume-Uni.

"ELIZABETH GOUVERNE LES VAGUES !"

Beaucoup y voient le signe d'un retour en grâce de la monarchie quinze ans après la crise déclenchée par la mort de la princesse Diana à Paris. Un retour que le mariage du prince William et de Kate Middleton avait déjà amorcé l'an dernier.

Elizabeth conserve une forte cote de popularité en tant que symbole de stabilité et d'unité de la nation.

Le soutien n'est toutefois pas total.

Deux millions de Britanniques ont profité des deux jours fériés -lundi et mardi- accordés à l'occasion du jubilé pour voyager à l'étranger. Quant aux républicains, ils estiment que le principal accomplissement de la reine est de "rester en vie, d'agir peu et d'en dire le moins possible", selon les mots de Graham Smith, du groupe République.

N'empêche, "Elizabeth gouverne les vagues!", clamait lundi matin une presse britannique dithyrambique au lendemain de la spectaculaire parade navale organisée sur la Tamise pour célébrer le jubilé de diamant de la reine d'Angleterre.

De ce clin d'oeil du Daily Mail à l'hymne impérial "Rule Britannia" jusqu'au "Drip Drip Hooray" ("Goutte goutte hourra!") à la "une" du Sun, les tabloïds ont rivalisé d'imagination pour applaudir le succès populaire des cérémonies du soixantième anniversaire du couronnement d'Elizabeth II malgré la pluie et les bourrasques de vent.

"Demandez au monde de citer les trois choses qui résument la Grande-Bretagne et vous obtiendrez ces trois réponses: l'apparat, la pluie et la reine", écrit fièrement le Daily Mail.

En dépit d'un temps maussade, des milliers de badauds se sont massés dimanche sur les rives de la Tamise -ils étaient un million deux cent mille selon les organisateurs-, pour voir la barge royale descendre le fleuve au milieu d'un millier d'embarcations de toutes sortes.

Sans jamais se départir de son sourire, Elizabeth, âgée de 86 ans, a passé quatre heures sur la Tamise à bord du "Spirit of Chartwell", accompagnée notamment du prince Philip, du prince Charles et de sa femme Camilla, de son petit-fils le prince William et de son épouse la princesse Kate, très remarquée dans un ensemble Alexander McQueen rouge vif.

Des millions d'autres Britanniques sont descendus dans les rues, drapés dans l'Union Jack, pour marquer l'événement lors de "parties" (fêtes) en plein air.

Avec Mike Collett-White; Jean-Philippe Lefief, Jean-Stéphane Brosse, Henri-Pierre André et Jean-Philippe Lefief pour le service français