BFMTV

TOUT COMPRENDRE - Qu'est-ce que QAnon, la mouvance complotiste pro-Trump qui s'invite dans la politique américaine?

Des militants QAnon - Image d'illustration

Des militants QAnon - Image d'illustration - Stephen Maturen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Pro-Trump, conspirationniste et proche de l'extrême droite, la communauté QAnon se développe de plus en plus sur les réseaux sociaux et dans la vie politique, au point de dépasser les frontières américaines.

Ils sont de plus en plus présents dans l’imaginaire américain. Début 2020, avant que la campagne électorale pour l’élection présidentielle du 3 novembre ne soit mise entre parenthèses en raison de la crise du coronavirus qui touche fortement les États-Unis depuis plusieurs mois, il n’était pas rare d’apercevoir plusieurs personnes arborer la lettre Q, sur un t-shirt, ou bien une pancarte, dans les meetings publics de Donald Trump.

Cette lettre a en réalité un sens bien établi. Il s’agit du signe de ralliement des QAnon, du nom de cette mouvance créée au cœur des années 2010, proche de l’extrême droite sur l’échiquier politique, et très largement adepte des théories du complot. Signe de leur importance grandissante ces derniers mois, Donald Trump en personne a partagé des messages de ce groupe sur les réseaux sociaux. Au point d’en faire un acteur majeur du scrutin présidentiel? Si la mouvance reste marginale, elle est à l’heure actuelle un relais important du Trumpisme sur les réseaux sociaux.

· Comment est née la mouvance QAnon?

Le terme QAnon est en fait une contraction de Q et Anon, pour "anonymous". Pour comprendre la genèse de cette communauté, il faut remonter à 2017. Cette année-là, plus précisement le 28 octobre, un dénommé Q poste un premier message sur le célèbre forum anonyme 4Chan, qui sera suivi de centaines d'autres. Ce message annonce l'arrestation d'Hillary Clinton, depuis démentie. Les publications se présentent sous la forme d'images montrant des textes qui semblent issus de conversations officielles, ou du moins codées.

Ainsi, le fameux Q, qui a depuis migré vers d'autres plateformes internet prisées de l'extrême droite, serait un haut fonctionnaire américain qui par ses messages s'évertuerait à expliquer que Donald Trump, l'homme providentiel, oeuvrerait en coulisses à rendre le pouvoir au peuple, tout en luttant face à un adversaire invisible, le Deep State, "l'État profond", qui entre autres couvrirait un large réseau pédophile et de détournement d'argent public. 

L'un des premiers messages publiés par Q
L'un des premiers messages publiés par Q © 4Chan

Thème largement utilisé par les aspirants théoriciens du complot, l'idée d'un "État profond" a fait son chemin.

Comme l'expliquait BFMTV.com dans un article consacré à l'utilisation de ce terme par Emmanuel Macron, ce Deep State correspond aux us et coutumes de l'administration, dont les objectifs sont parfois en contradiction avec ce que souhaitent mettre en place les élus.

Toutefois, c'est bien aux États-Unis, via Donald Trump, que ce terme s'est diffusé. "Derrière le 'Deep State', il y a l'idée que c'est la finance qui tient le monde, grâce à l'industrie et au capitalisme, qui a ses ramifications partout. C'est une idée qui a l'avantage d'être impossible à contredire et Donald Trump l'a très bien compris", faisait remarquer le spécialiste des États-Unis François Durpaire.

· Comment les théories de QAnon se sont-elles propagées?

Les cibles étant bien identifiées, les membres de QAnon n'hésitent plus à s'afficher publiquement, et plus seulement sur les réseaux sociaux, où leur influence est de plus en plus forte. Lors d'un meeting de Donald Trump en 2018, des membres arboraient des pancartes ornées du Q majuscule, depuis devenu un signe de ralliement entre les membres.

Plus récemment, à la faveur de la crise du Covid-19 et des manifestations Black Lives Matter, les membres de la communauté QAnon ont diffusé bon nombre de fake news sur les réseaux sociaux. Comme le rappelle le quotidien Les Echos, une récente enquête du New York Times avait mis en lumière que QAnon avait infiltré le mouvement #SaveTheChildren, du nom de l'ONG qui lutte pour les droits des enfants, en y diffusant une carte trafiquée censée dénoncer un trafic d'êtres humains.

De nombreuses personnalités influentes se font l'écho des théories de QAnon. C'est par exemple le cas de Michael William Lebron, animateur radio suivi par plus de 150.000 personnes sur Twitter, qui a eu droit à sa photo personnelle avec Donald Trump.

· Quel est l'impact de QAnon sur la prochaine présidentielle américaine?

A quelques semaines de l'élection présidentielle, la capacité de ralliement du mouvement QAnon interroge. Donald Trump ne s'est jamais exprimé publiquement à son sujet, mais a partagé sur Twitter des messages issus de cette communauté à de multiples reprises. Pire, selon une rumeur populaire outre-Atlantique, un internaute du nom de Q+ serait en réalité le président en personne. Cette hypothèse n'a jamais pu être confirmée.

"Cette mouvance est une réalité due au fait que Donald Trump a relayé sur Twitter, avec ses 80 millions d'abonnés, plus de 200 tweets liés à QAnon. Il y a un vrai impact, il n'y a plus une manifestation ou un rallye où on ne voie un signe de QAnon. C'est une réalité, marginale, mais elle existe au coeur de l'électorat de Trump", explique à BFMTV.com Tristan Mendès France, maître de conférence associé à l'Université de Paris et spécialiste de la culture numérique.

En outre, la communauté QAnon parvient progressivement à se faire une place dans la vie politique américaine.

"Il y a eu 81 candidats actuels ou passés au Congrès, et 21 aux State legislature (qui adhéraient à QAnon, ndlr). Certains d'entre eux ont des chances d'être élus. Il y a une pénétration à la marge des Républicains, c'est un signal fort que cette mouvance atteint les plus hautes sphères", analyse encore Tristan Mendès France.

· Quelle exportation à l'étranger?

Jusqu'à récemment, le poids de QAnon en France et dans le reste de l'Europe restait marginal. Or, à la faveur des récents mouvements sociaux et de la crise sanitaire, "cette mouvance contamine l'extrême droite", confirme Tristan Mendès France, bien qu'il ne bénéficie actuellement "pas de personnage public ni de vitrine politique."

L'idéologie QAnon commence à se retrouver dans d'autres groupes présents et actifs sur les réseaux sociaux.

"La mouvance QAnon est en train de se répandre dans d'autres communautés. On a des expressions, des marqueurs dans certaines manifestations de gilets jaunes, mais aussi dans les univers de la santé alternative, du yoga, de la méditation... Il y a des influenceurs, en particulier sur Instagram, qui basculent et relaient ces théories avec comme cheval de Troie la lutte contre la pédophilie et le trafic d'enfants. C'est le vecteur le plus contaminant de messages que l'on retrouve aussi dans des groupes anti-5G, anti-masques, anti-confinement", détaille encore Tristan Mendès France.

En Allemagne également, des messages publiés sur les réseaux sociaux reprenant les théories de la mouvance se sont multipliés, alors que la pandémie de coronavirus gagnait du terrain outre-Rhin.

· Quelle riposte contre QAnon?

Récemment, Facebook et Twitter ont semblé mesurer le danger que pouvait représenter QAnon à moyen et long terme. Le 22 juillet dernier, Twitter avait annoncé avoir fermé 7000 comptes liés à la mouvance. De son côté, Facebook a supprimé 800 groupes, 100 pages et 1500 publicités liés directement à QAnon, rappellent Les Échos.

Les pouvoirs publics semblent également décidés à intervenir. Aux États-Unis, le FBI a mis au point dès 2019 un document sur lequel plusieurs de ces mouvements conspirationnistes étaient catalogués comme présentant un risque terroriste pour la sécurité nationale.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV