BFMTV

Yémen: au moins 52 morts dans un attentat spectaculaire à Sanaa

L'attaque à Sanaa, au Yémen, a fait 52 morts selon un nouveau bilan.

L'attaque à Sanaa, au Yémen, a fait 52 morts selon un nouveau bilan. - -

Un kamikaze au volant d'une voiture piégée a forcé une entrée du ministère de la Défense.

Des hommes armés ont lancé un assaut spectaculaire contre le siège du ministère de la Défense jeudi à Sanaa, faisant au moins 52 morts selon un nouveau bilan du ministère de la Défense. Cette attaque intervient au moment où les attentats attribuées à Al-Qaïda se multiplient au Yémen sur fond de blocage politique.

Les assaillants ont concentré leur assaut - un attentat suicide suivi par une attaque armée - contre l'hôpital militaire de l'immense complexe abritant le ministère, situé près de Bab al-Yaman, à l'entrée de la vieille ville de Sanaa. L'attaque est intervenue alors que le ministre de Défense Mohamed Nasser Ahmed se trouve à Washington à la tête d'une délégation militaire.

Trois médecins étrangers -un Vénézuélien et deux Philippines-, trois de leur collègues yéménites et cinq patients, dont un juge, figurent parmi les morts, selon une source médicale. On apprend aussi ce jeudi soir que deux citoyens allemands ont été tués.

Un kamikaze dans une voiture piégée

L'attentat, sur le modus operandi d'Al-Qaïda, n'a pas été encore revendiqué.

L'assaut a été lancé par un kamikaze au volant d'une voiture piégée qui a forcé une entrée du ministère, avant d'être suivi par des complices à bord d'un autre véhicule.

Ces derniers, munis d'armes automatiques, ont réussi à atteindre l'hôpital militaire et deux autres bâtiments de l'immense complexe, d'où s'est élevée une colonne de fumée noire après la forte déflagration.

L'attaque a fait au total 52 morts et des dizaines de blessés, selon un responsable des services de sécurité. Un frère du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, Ahmed, âgé de 90 ans et soigné dans cet hôpital, a survécu et a été transféré dans un autre établissement, selon la source médicale.

La situation sous contrôle

Le ministère de la Défense a assuré sur son site internet que l'armée avait repris le contrôle de la situation à l'intérieur du complexe, alors qu'une source de sécurité a affirmé que "le groupe des assaillants avait été anéanti".

La télévision d'Etat a montré des corps déchiquetés par les balles ou calcinés devant l'établissement hospitalier, un bâtiment blanc de trois étages dont l'entrée est très endommagée, en précisant qu'il s'agissait de ceux des assaillants.

Le président yéménite a tenu sur les lieux une réunion avec les hauts responsables des services de sécurité, à qui il a demandé d'ouvrir une enquête dont les résultats doivent être publiés sous 24 heures.

A.D. avec AFP