BFMTV

Syrie: l'EI diffuse une vidéo montrant une exécution de masse à Palmyre

C'est dans ce théâtre de Palmyre qu'a eu lieu une macabre mise en scène de l'Etat islamique.

C'est dans ce théâtre de Palmyre qu'a eu lieu une macabre mise en scène de l'Etat islamique. - Sana - AFP

Le groupe Etat islamique, qui a pris possession de Palmyre en mai dernier, a diffusé une vidéo montrant l'assassinat de soldats dans le théâtre antique de la ville.

Le groupe extrémiste Etat islamique a diffusé samedi une vidéo montrant des dizaines de soldats du régime syrien exécutés par des adolescents dans le théâtre romain de la cité antique de Palmyre. La vidéo d'une dizaine de minutes montre une exécution qui se serait déroulée peu après la prise le 21 mai par les jihadistes de la ville de Palmyre, dans le centre du pays, qui abrite des ruines antiques mondialement connues et classées par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité.

On y voit 25 soldats en uniforme vert et brun être tués à bout portant dans le théâtre devant un immense drapeau noir et blanc du groupe suspendus aux ruines. Les auteurs de l'exécution, habillés en tenue de camouflage, semblent être des adolescents, dont certains très jeunes. Plusieurs dizaines d'hommes, accompagnés de quelques enfants, assistent à la scène, assis dans les gradins de l'amphithéâtre, selon la vidéo.

Une arme de propagande

Avant l'exécution, un jeune jihadiste accuse les soldats d'être des "Nossaris", un terme péjoratif donné aux alaouites, la communauté dont est issu le président Bachar al-Assad. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait fait état le 27 mai de l'exécution d'une vingtaine de combattants du régime dans le théâtre romain.

"Utiliser les ruines romaines pour tuer des civils prouve que l'EI méprise l'humanité", avait alors réagi le directeur des Antiquités syriennes Maamoun Abdulkarim. L'EI a diffusé de multiples vidéos d'exécution par des méthodes barbares depuis que ce groupe ultra-radical a pris le contrôle de larges pans de territoire en Syrie et en Irak, où il a proclamé un "califat". Ces vidéos insoutenables sont devenues sa principale arme de propagande.

la rédaction avec AFP