BFMTV

Syrie: "Il y a de bonnes raisons de penser qu'il n'y a plus d'armes chimiques"

Un véhicule des Nations unies transportant des inspecteurs de l'OIAC passe devant un portrait de Bachar al-Assad, le 9 octobre 2013, à Damas.

Un véhicule des Nations unies transportant des inspecteurs de l'OIAC passe devant un portrait de Bachar al-Assad, le 9 octobre 2013, à Damas. - -

Les derniers stocks d'armes chimiques déclarés par Damas ont quitté la Syrie ce lundi, en vue de leur destruction prochaine. La page des attaques chimiques en Syrie est-elle définitivement tournée?

Avec plusieurs mois de retard, les derniers stocks d'armes chimiques détenus par la Syrie ont été évacués du pays, ce lundi. La phase de destruction des 1.300 tonnes d'armes chimiques déclarées par Damas dans le cadre de l'accord russo-américain conclu le 14 septembre 2013 et entériné par l'ONU, va donc pouvoir commencer.

Que signifie cette étape? La Syrie s'est-elle débarrassée de tous les agents chimiques à usage militaire présents sur son territoire? BFMTV.com a interrogé Olivier Lepick, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et spécialiste des armes chimiques et biologiques.

Les dernières armes chimiques que Damas disait avoir en sa possession ont quitté la Syrie ce lundi. Qu'est-ce que cela signifie?

Cela veut dire que toutes les armes qu'a déclarées la Syrie dans le cadre de la ratification de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques ont été évacuées du territoire syrien. Je pense qu'il y a donc une bonne raison de penser que toutes les armes chimiques qui devaient être déclarées au titre de cette adhésion ont quitté le territoire en vue d'être détruites, et qu'il n'y a plus d'armes chimiques en Syrie. Cependant, cela ne veut pas dire qu'il n'y a plus, dans le pays, de produits toxiques comme le chlore, dont les Syriens ont fait un usage militaire au cours des derniers mois.

Mais reste-t-il des précurseurs, ces produits qui, une fois mélangés, deviennent des armes chimiques?

Les principaux précurseurs, ceux qui sont les plus susceptibles d'être utilisés pour fabriquer des neurotoxiques organo-phosphorés, comme le gaz sarin et le gaz VX, ne sont vraisemblablement plus en Syrie.

Le chlore, lorsqu'il est utilisé pour des attaques, est-il considéré comme une arme chimique?

Le chlore en lui-même n'est pas considéré comme une arme chimique puisque c'est un produit qui a de nombreuses applications industrielles, agro-alimentaires et chimiques. A ce titre, il n'a donc pas à être déclaré dans le cadre de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques. Néanmoins, comme beaucoup de produits industriels, c'est un produit toxique et qui peut être utilisé à des fins militaires, même s'il est mille fois moins toxique qu'un neurotoxique organo-phosphoré.

La Syrie peut-elle donc mener des attaques au chlore sans être inquiétée?

Non. Ce n'est pas parce que l'on n'a pas déclaré le chlore que son utilisation militaire est légale. Dans le cadre de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), l'utilisation du chlore est totalement illégale, et l'OIAC devrait saisir le Conseil de sécurité dans les jours qui viennent, après la publication du rapport des inspecteurs. L'OIAC n'ayant pas de pouvoir de sanction, c'est au Conseil de sécurité de décider ensuite de la nature des sanctions éventuelles contre Damas, qui viole le droit international.

Propos recueillis par Adrienne Sigel