BFMTV

Syrie : le gaz sarin, l'arme chimique qui tue en 10 minutes

Soldats français

Soldats français - -

Les États-Unis soupçonnent le régime de Bachar al-Assad de préparer du gaz sarin à des fins militaires. Ce puissant neurotoxique, fait, à juste titre, craindre le pire.

"Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable." La menace de Barack Obama à Bachar al-Assad est la conséquence de forts soupçons de son administration selon lesquels le régime de Damas préparerait du gaz sarin.

La Syrie serait en train de mélanger des précurseurs chimiques du sarin, habituellement stockés séparément par sécurité. Si en juillet, Damas avait expliqué que les armes chimiques ne seraient utilisées qu’en cas d’agression étrangère, le fait de les mélanger constitue une étape dangereuse en vue de son utilisation contre l’opposition armée voire la population.

D'autant plus que, dérivée des pesticides et autres engrais, cette arme ne necessite ni compétences ni moyens démesurés et peut se fabriquer rapidement en grande quantité. Simplement des mesures de sécurité extrêment strictes.

Une telle action représenterait un risque pour le régime de Damas puisque l'Otan a affirmé que leur utilisation entraînerait une réaction internationale "immédiate".

La mort en dix minutes

Mis au point en Allemagne en 1939 par des chercheurs travaillant sur les pesticides, utilisé pour un attentat dans le métro de Tokyo en 1995 par la secte Aum, le gaz Sarin, toxique pour le système nerveux dont les transmissions se retrouvent bloquées, peut être absorbé par inhalation bien qu'un simple contact avec la peau suffise à contaminer.

Sous forme liquide (formule : C4H10FO2P), il est soluble dans l'eau, et necessite d'être exposé à une forte température pour se transformer en vapeur. Incolore et indolore, il entraîne la mort par étouffement et arrêt du cœur en moins de dix minutes. Les symptômes principaux sont des nausées, une toux, des diarrhées, des difficultés respiratoires, des vomissements et des convulsions.

Il existe des antidotes mais ceux-ci ne sont efficaces que s'ils sont pris très rapidement après l’exposition. De toutes les façons, sa viabilité dans l'air ne s’étend que sur quelques minutes, quelques heures au maximum, selon les conditions climatiques.

Des "centaines de tonnes" d'armes chimiques en Syrie

Depuis 1997 et la Convention internationale sur les armes chimiques la production, le stockage et l'emploi des armes chimiques sont interdits. Problème, la Syrie ne l'a pas ratifiée alors qu'un programme de développement d’armes chimiques a été mis en place par le régime de Damas dans les années 70.

Les stocks syriens sont de l'ordre de "centaines de tonnes" d'agents chimiques divers, selon Leonard Spector, expert au centre d'études sur la non-prolifération à l'Institut Monterey (Etats-Unis) cité par l’AFP. Ces "munitions" pourraient être installées sur des missiles longue distance comme sur des bombes.

Mais, outre le sarin, Damas possède vraisemblablement du VX, un autre gaz neurotoxique. Il est dix fois plus puissant.