BFMTV

Syrie: de nouvelles images tournées au coeur de Raqqa

La chaîne américaine CNN a pu se procurer de nouvelles images filmées en secret à Raqqa, le fief syrien du groupe jihadiste Daesh.

La capitale de Daesh est-elle sur le point de se libérer du joug du groupe jihadiste? Alors que de multiples forces, régime syrien, alliance de combattants kurdes et arabes, coalition internationale, combattent les jihadistes de Daesh dans leur fief syrien de Raqqa, la télévision américaine CNN a pu se procurer de nouvelles images filmées à l'intérieur de la ville assiégée.

"Moins de peur"

Filmée en caméra cachée, une pratique à haut risque dans cette ville, la vidéo montre une vie urbaine presque normale: des hommes et des femmes faisant leurs courses, un marché, des voitures qui circulent.

Des images qui contrastent avec la terreur qui émanait de celles filmées il y a un peu d'un an par deux habitantes de la ville au péril de leur vie, qui avaient été diffusées par une télévision suédoise. On y voyait notamment une ville déserte, des hommes armés, et des femmes rappelées à l'ordre sur leur tenue vestimentaire.

Pour CNN, le "simple fait que des activistes filment ces images secrètes est peut-être le signe le plus significatif que la capitale autoproclamée d'un règne de la terreur arrive à sa fin".

Malgré des signes distinctifs d'une ville en état de siège (des toiles permettent aux combattants jihadistes de circuler sans être remarqués par des drones de surveillance, et des sacs de sable entassés sont dispersés aux coins des rues pour se protéger des explosions), la chaîne américaine estime qu'il "semble y avoir moins de peur". "Les opposants sont capables de faire ce qui était un temps impensable - nous montrer la vie à Raqqa", écrit encore CNN, pour qui la ville "sent la libération", où les civils reprennent du "courage". 

La grande bataille de Raqqa entamée début juin

L'assaut final contre le bastion de Daesh à Raqqa a été lancé au début du mois de juin, après des mois de combats dans la région. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), formées de combattants arabes et kurdes, soutenues par Washington, avait annoncé le 6 juin le début de la fameuse "grande bataille" pour tenter de reprendre à l'organisation jihadiste son principal bastion dans le pays.

Depuis, la force arabo-kurde est parvenue à se rapprocher de la vieille ville, où Daesh résiste toujours, et a piégé les lieux avec des mines.

A.S.