BFMTV

Syrie: 100 civils tués en une journée dans les bombardements sur un fief rebelle

Au moins 270 civils, dont près de 67 enfants ont été tués depuis dimanche

Au moins 270 civils, dont près de 67 enfants ont été tués depuis dimanche - Hamza Al-Ajweh / AFP

L'ONU a réclamé l'arrêt immédiat des bombardements sur l'enclave rebelle de la Ghouta orientale.

Au moins 100 civils, dont 20 enfants, ont été tués lundi dans des bombardements intensifs du régime syrien sur l'enclave rebelle de la Ghouta orientale près de Damas, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

C'est le plus lourd bilan des pertes civiles en une journée dans les combats dans cette région depuis début 2015, a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Quelque 300 personnes ont également été blessées dans les bombardements de l'artillerie et de l'aviation, au lendemain d'un renforcement des positions du régime autour de l'enclave assiégée qui laisse entrevoir une offensive terrestre.

"Situation humanitaire hors de contrôle"

L'ONU a réclamé lundi l'arrêt immédiat des bombardements de l'armée syrienne sur l'enclave rebelle de la Ghouta orientale. Les bombardements de civils "doivent cesser maintenant", a déclaré le coordinateur de l'ONU pour l'aide humanitaire en Syrie, Panos Moumtzis. "La situation humanitaire des civils dans la Ghouta orientale est totalement hors de contrôle. Il est impératif de mettre fin immédiatement à cette souffrance humaine insensée", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Les raids aériens et le pilonnage de l'artillerie continuent sur plusieurs villes de cette région assiégée depuis 2013 par le régime du président Bachar al-Assad et en proie à des pénuries, selon des correspondants de l'AFP. La coalition nationale syrienne basée en Turquie, principale formation de l'opposition en exil, a dénoncé dans un communiqué une "guerre d'extermination" et "le silence international" face aux "crimes" du pouvoir.

P.L avec AFP