BFMTV

Mort d'al-Baghdadi: quatre questions sur l'opération qui a permis de neutraliser le chef de Daesh

Tas de gravats après l'assaut des forces américaines sur la maison où était caché Abou Bakr al-Baghdadi dans le nord-ouest de la Syrie, le 27 octobre 2019

Tas de gravats après l'assaut des forces américaines sur la maison où était caché Abou Bakr al-Baghdadi dans le nord-ouest de la Syrie, le 27 octobre 2019 - Omar HAJ KADOUR / AFP

Repéré il y a deux semaines par les forces américaines, le leader autoproclamé de Daesh est mort dans la nuit de samedi à dimanche dans la région d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

Cinq ans après s'être autoproclamé chef de Daesh lors d'une première apparition publique dans une mosquée de Mossoul, Abou Bakr al-Baghdadi est mort ce dimanche dans le cadre d'une opération de l'armée américaine dans la région d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie. L'homme, probablement âgé de 48 ans, s'est lui-même tué en amorçant une ceinture d'explosifs, alors qu'il s'était réfugié dans un tunnel creusé pour sa protection en compagnie de trois de ses enfants.

  • Quand Abou Bakr al-Baghdadi a-t-il été repéré?

Lors d'une allocution à la Maison Blanche ce dimanche peu après 9 heures, heure locale, le président américain Donald Trump a indiqué qu'Abou Bakr al-Baghdadi avait été repéré "il y a deux semaines". "Nous l'avions localisé, mais il avait tendance à bouger très facilement, du jour au lendemain", a-t-il précisé.

Peu après l'intervention télévisée de Donald Trump, le commandement militaire irakien a par ailleurs annoncé avoir fourni la localisation du chef du groupe jihadiste en Syrie pour le raid américain qui l'a tué.

"Une section spécialisée a travaillé pendant un an" et "le renseignement national a pu (...) localiser le repaire" de Baghdadi, et "grâce à cela, l'opération américaine a été menée", indique un communiqué.

De son côté, le chef des forces kurdes en Syrie Mazloum Abdi a salué sur Twitter une "opération historique réussie" qui est "le résultat d'un travail conjoint des renseignements avec les États-Unis". Dans son allocution, le président américain a tenu à remercier la Russie, la Turquie, la Syrie, l'Irak et les Kurdes pour leur soutien. A priori, la France n'était pas dans la confidence.

  • Comment s'est déroulée l'opération? 

Le président américain a livré un récit détaillé du raid au cours duquel le chef de Daesh a été acculé par les forces américaines dans la nuit de samedi à dimanche. Une opération qu'il a suivie en direct depuis la "Situation Room" de la Maison Blanche, une salle sécurisée destinée aux réunions les plus sensibles. "C'était comme regarder un film", a raconté Donald Trump. Comme pour l'élimination d'Oussama Ben Laden, des caméras avaient été embarquées par les forces spéciales.

En tout début de matinée, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources sur le terrain, avait fait état d'une opération de commandos américains héliportés et débarqués dans la nuit dans la région d'Idleb. Les tirs de huit hélicoptères ont visé après minuit une maison et une voiture aux abords du village de Baricha, à quelques kilomètres de la frontière turque, a déclaré le directeur de l'OSDH, qui a fait état d'au moins neuf morts, dont deux femmes et un enfant. 

D'après des témoins cités par l'Agence France-Presse (AFP), l'opération de l'armée américaine a duré près de trois heures et s'est terminée par un bombardement aérien. Donald Trump a assuré qu'aucun soldat américain n'était mort au cours de cette opération, contrairement à "un grand nombre de combattants et de compagnons de Baghdadi qui ont été tués avec lui".

  • Dans quelles circonstances Abou Bakr al-Baghdadi est-il mort?

"Il n'est pas mort comme un héros, il est mort comme un lâche", a déclaré Donald Trump qui a précisé qu'Abou Bakr ak-Baghdadi s'était lui-même fait sauter avec une ceinture d'explosifs alors qu'il s'était réfugié dans un tunnel creusé pour sa protection.

"Il est mort après avoir couru dans un tunnel sans issue, gémissant, pleurant et criant", a ainsi affirmé le président républicain. "Il a alors déclenché son gilet d'explosifs, causant sa mort et celle de trois de ses trois enfants", a-t-il ajouté, précisant que son corps avait été "mutilé par les explosions".

"Le voyou qui s'est donné tant de mal pour intimider les autres a passé ses dernières heures dans la peur, la panique et la terreur", a estimé Donald Trump, dans un discours particulièrement morbide.

  • Comment a-t-on appris sa mort ?

Samedi soir, peu avant 21h30, heure locale (2h30 du matin en France), le président américain a annoncé sur Twitter que "quelque chose d'énorme venait de se passer", sans donner plus de détails. Une heure plus tard, un porte-parole de la Maison Blanche a affirmé que le président américain ferait "une annonce très importante" le lendemain en direct de Washington à 9h du matin, heure locale (14h en France).

Dans la nuit de samedi et dimanche, plusieurs médias américains ont évoqué la mort du chef de Daesh dans le cadre d'une opération de l'armée américaine dans le nord-ouest de la Syrie. Une information officialisée par le président lui-même lors d'une allocution depuis la Maison Blanche retransmise en direct à la télévision ce dimanche peu après 9h du matin, heure locale.

Mélanie Rostagnat