BFMTV

Hamas-Israël: la démonstration de force

De la fumée s'échappe d'un immeuble après un raid aérien israélien, le 10 juillet 2014, à Gaza.

De la fumée s'échappe d'un immeuble après un raid aérien israélien, le 10 juillet 2014, à Gaza. - -

Depuis le début de l'opération "Bordure protectrice" lancée lundi soir par Israël contre la bande de Gaza, la démonstration de force de chacun des deux camps s'intensifie un peu plus chaque jour. Le Hamas possède désormais des roquettes capables d'atteindre le nord d'Israël, que ce dernier intercepte grâce à son système de défense unique, le Dôme de fer.

Face aux raids aériens israéliens, commencés dans la nuit de lundi à mardi, le Hamas déploie les grands moyens. A grand renfort de tirs de roquettes, l'organisation palestinienne n'hésite pas à faire l'étalage de sa nouvelle puissance de frappe militaire, plus performante. De son côté, Israël déploie son "Dôme de fer" pour intercepter les tirs. Etat des lieux des forces en présence.

> Le Hamas, un arsenal de plus en plus puissant

Les traces de roquettes tirées de la bande de Gaza vers Israël, en novembre 2012.
Les traces de roquettes tirées de la bande de Gaza vers Israël, en novembre 2012. © -

• Fusées longue portée. Aidé par la Syrie et l'Iran, le Hamas a renforcé depuis 2012 sa capacité militaire, et dispose de roquettes longue portée, pouvant atteindre des objectifs de plus en plus lointains. Ainsi, plusieurs dizaines de roquettes ont été lancées ces dernières heures depuis Gaza, en direction de Jérusalem et de Tel Aviv, située à 70 kilomètres. Et pour la première fois, mercredi, deux roquettes sont tombées au large du port de Haïfa, près de la frontière avec le Liban, à une distance record de 160 kilomètres. Il s'agit de l'objectif le plus éloigné jamais touché par un projectile palestinien.

"Le Hamas avait déjà lancé des roquettes sur Tel Aviv mais elles étaient tombées en face de la ville, dans la mer. Elles n'avaient jamais dépassé cette ville", explique à BFMTV.com Frédéric Encel, géopolitologue spécialiste du Moyen-Orient, pour qui le Hamas est "clairement dans une démonstration de capacités techniques".

Des Palestiniens portent des roquettes lors d'une manifestation contre le processus de paix israélo-palestinien, en septembre 2013.
Des Palestiniens portent des roquettes lors d'une manifestation contre le processus de paix israélo-palestinien, en septembre 2013. © -

• Arsenal de roquettes. Selon les spécialistes, le Hamas dipose de plusieurs milliers de roquettes, de trois types. De fabrication iranienne, les roquettes Fajr-5 peuvent atteindre des cibles juqu'à 75 kilomètres et porter une charge explosive de 90 kilos. Les fusées M75 sont, elles, élaborées à Gaza, à partir de composants acheminés via les tunnels situés dans l'enclave palestinienne, et peuvent également atteindre 75 kilomètres. Depuis peu, le Hamas semble disposer de roquettes à longue portée M-302, fabriquées en Syrie, et qui peuvent aller jusqu'à 160 kilomètres. Selon des sources militaires israéliennes, l'organisation palestinienne disposerait de plusieurs dizaines de fusées de ce type.

• Une force de plus de 20.000 hommes. Selon l'Institut international d'études stratégiques (IISS), le Hamas peut s'appuyer sur plus de 20.000 combattants, dont 10.000 membres des Brigades Ezzedin al-Qassam, la branche militaire dont l'organisation palestinienne s'est dotée en 1992, qui opère dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, et sur 10.000 à 12.000 hommes de la "Force exécutive", la branche policière du Hamas.

> Israël, une défense unique au monde

Une batterie anti-missile du Dôme de fer, à Ashdod, le 9 juillet 2014.
Une batterie anti-missile du Dôme de fer, à Ashdod, le 9 juillet 2014. © -

• Le Dôme de fer, la fierté de Tsahal. Unique au monde, le système de défense antimissiles israélien Iron Dome (Dôme de fer, en français) a permis à Israël d'intercepter des dizaines de roquettes lancées par le Hamas depuis mardi et le début de l'opération "Bordure protectrice". Opérationnel depuis mars 2011, le Dôme de fer est capable de contrer les projectiles de courte et moyenne portée (de 4 à 70 kilomètres) avant qu'ils ne s'abattent sur des zones habitées, en les détruisant en vol. Financé en partie par les Etats-Unis, le Dôme de fer a un coût exorbitant: 500.000 dollars pour chaque batterie, 50.000 pour chaque missile. Israël a investi un milliard de dollars dans le développement et la production de ces installations.

Une batterie antimissiles du Dôme de fer, au sud de Tel Aviv.
Une batterie antimissiles du Dôme de fer, au sud de Tel Aviv. © -

• Six installations antimissiles. Pour l'heure, six batteries antimissiles ont été installées, près de la bande de Gaza, au sud de Tel Aviv et près des villes côtières d'Ashkelon et Ashdod. Chacune d'elles est équipée d'un radar de détection des projectiles, d'un logiciel de contrôle de tir et de trois lanceurs, tous équipés de vingt missiles d'interception, qui abattent les fusées en vol. Mais selon les experts militaires, treize batteries seraient nécessaire pour assurer la protection de tout le territoire israélien. Lors de l'offensive "Pilier de défense" dans la bande de Gaza, fin 2012, seules 421 roquettes sur les 1.500 tirées depuis l'enclave palestinienne avaient été abattues. Selon le journal Haaretz, l'installation antimissiles a enregistré un taux de réussite de 90% lorsqu'il a été activé, entre lundi 7 et mercredi 9 juillet, les deux premiers jours des affrontements avec le Hamas.

• Protection contre les tirs longue portée. Par ailleurs, Israël est également équipé depuis 2000 du système "Arrow", chargé de protéger l'Etat hébreu des missiles ayant une portée supérieure à 250 kilomètres, tirés, par exemple, par l'Iran.

Adrienne Sigel