BFMTV

Le Liban dit avoir déjoué des attaques de Daesh durant les fêtes de fin d'année

Le ministre de l'intérieur libanais, Saad Hariri, le 8 décembre 2017

Le ministre de l'intérieur libanais, Saad Hariri, le 8 décembre 2017 - ALAIN JOCARD / AFP

Des attentats étaient prévus en fin d'année dernière au Liban, mais les autorités ont pu déjouer ces plans grâce à la surveillance d'un commandant de Daesh.

Les autorités libanaises ont affirmé ce vendredi avoir déjoué des attaques planifiées par le groupe Daesh contre des lieux de culte et des institutions publiques durant les fêtes de fin d'année. Sans dévoiler les contours des opérations, elles ont assuré s'être appuyées sur la surveillance pendant plusieurs mois d'un commandant de Daesh pour contrecarrer les plans du groupe ultraradical.

Un commandant de Daesh surveillé pendant 5 mois

Pendant cinq mois, les autorités ont surveillé un commandant irakien de Daesh pour obtenir de précieuses informations sur les projets du groupe. Le commandant du groupe islamiste nommé Abou Jaafar al-Iraki, interpellé en juin dans la capitale libanaise Beyrouth, avait été chargé par Daesh de monter un réseau au Liban, selon les informations dévoilées lors de la conférence de presse.

Cette cellule devait mener des attentats au Liban, mais aussi accueillir de hauts dirigeants du groupe fuyant l'Irak et la Syrie, où les jihadistes sont à la dérive.

Une de ces "opérations très rares"

Abou Jaafar résidait dans un domicile loué pour lui par les autorités libanaises, qui l'ont placé sur écoute et ont disposé des caméras de surveillance, a-t-on appris lors de la conférence.

"C'est une de ces opérations très rares, où vous avez quelqu'un d'aussi important (...) et vous pouvez l'utiliser pendant cinq mois pour dévoiler des plans supposés avoir lieu durant les fêtes, contre des lieux de culte et des bâtiments publics", a précisé le ministre libanais de l'Intérieur Nouhad Machnouk.

S.Z avec AFP