BFMTV

Nucléaire iranien: "une étape" pour Hollande, "une erreur historique" pour Israël

Benjamin Netanyahu dénonce un "mauvais accord"

Benjamin Netanyahu dénonce un "mauvais accord" - -

La république islamique acceptera de limiter son programme nucléaire en échange d'un allègement des sanctions économiques.

Les grandes puissances et l'Iran ont salué l'accord historique pour contenir le programme nucléaire de Téhéran, obtenu de haute lutte dimanche à Genève mais immédiatement rejeté par Israël.

"La partie vraiment difficile commence". Tout juste arrivé de Genève à Londres, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a précisé dimanche soir qu'il faudra faire "un effort pour obtenir un accord complet." Le Congrès américain a déjà annoncé qu'il était favorable à de nouvelles sanctions renforcées contre l'Iran, si Téhéran ne respectait pas l'accord. A Washington, le président Barack Obama a assuré que cet accord "barre le chemin le plus évident" de la république islamique vers une bombe atomique.

L'accord a été qualifié de "succès" par le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei et de "première étape importante" par Barack Obama. Le président iranien Hassan Rohani a affirmé que "le droit à l'enrichissement d'uranium sur le sol iranien a été accepté". De l'autre, John Kerry a assuré au contraire que l'accord "ne dit pas que l'Iran a le droit à l'enrichissement, quoiqu'en disent certains commentaires en l'interprétant".

Une "étape" pour Hollande

Le président français François Hollande y a vu "une étape vers l'arrêt du programme militaire nucléaire iranien".

Cet accord pourrait être "le début d'un accord historique pour les peuples et nations du Moyen-Orient et au-delà", a estimé le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. "Une percée a été réalisée, mais seulement un premier pas sur un chemin long et difficile", a nuancé le président russe, Vladimir Poutine.

L'accord de Genève n'en constitue pas moins une avancée pour les experts, car il établit une gamme plus importante de contraintes et vérifications sur le programme nucléaire iranien.

Israël dénonce "un mauvais accord"

Le Premier ministre israélien a dénoncé "une erreur historique" après que son bureau eût évoqué un "mauvais accord qui offre ce que l'Iran voulait: la levée significative des sanctions et le maintien d'une partie significative de son programme nucléaire".

Les cours du pétrole se repliaient lundi matin en Asie, première région à négocier après la conclusion de l'accord ce week-end entre les grandes puissances et l'Iran, gros producteur pétrolier.

Après cinq jours d'âpres négociations, les grandes puissances et l'Iran ont annoncé un accord au terme duquel la république islamique acceptera de limiter son programme nucléaire en échange d'un allègement des sanctions économiques, ouvrant une nouvelle période de pourparlers sur le fond pendant six mois.

A.D. avec AFP