BFMTV

Daesh a détruit le plus ancien monastère chrétien d’Irak

Le monastère saint Elie de Mossoul, en Irak. Photo datée du 18 February 2005.

Le monastère saint Elie de Mossoul, en Irak. Photo datée du 18 February 2005. - Doug/Wikicommons

Vieux de 1.400 ans, le monastère de Saint-Elie, à Mossoul, a été rayé de la carte par l’organisation jihadiste. De nouvelles photos satellite montrent un champ de ruines là où s’élevait l’édifice il y a encore quelques mois.

Un nouveau site historique réduit en poussière par Daesh. De nouvelles photos satellite confirment ce que craignaient les dirigeants de l'Eglise et les défenseurs du patrimoine du Moyen-Orient: le monastère chrétien de Saint-Elie à Mossoul, le plus vieux d’Irak, a été entièrement rasé par l’organisation jihadiste.

Construit en 590, il aurait été rayé de la carte entre août et septembre 2014. Un appareil haute résolution a été utilisé ce mois-ci pour photographier le site. Sur ces dernières images, relayées par l’agence de presse américains AP, on n’aperçoit plus que quelques ruines là où s’élevait le monastère il y a encore quelques mois.

Plus qu'un champ de poussière

Avant d’être rasé, l’édifice de quelque 2.500 mètres carrés et partiellement restauré ressemblait à une forteresse construite sur une colline, au-dessus de Mossoul, rappelle The Guardian. Le toit avait en grande partie disparu, mais il y avait 26 pièces distinctes, y compris un sanctuaire et une chapelle. Près de l’entrée avaient été creusées les lettres grecques "chi" et "rho", représentant les deux premières lettres du nom du Christ.

"Les murs de pierre ont été littéralement pulvérisés", explique Stephen Wood, directeur exécutif de AllSource analyse, qui a mis en évidence la destruction du site entre août et septembre 2014. Selon l’analyste en imagerie, cité par le quotidien britannique, "des bulldozers, du matériel lourd, des marteaux de forgeron, et peut-être des explosifs ont réduit ces murs de pierre en un champ de poussière grise-blanche. Ils l’ont complètement détruit."

Le monastère de Saint-Elie à Mossoul s’ajoute à la longue liste des sites archéologiques détruits par Daesh, qui contrôle de larges portions de territoire en Irak et en Syrie et a fait des milliers de victimes. Il y a quelques mois, des experts de l'ONU ont notamment confirmé la destruction à coups d'explosifs des anciens trésors de la cité antique de Palmyre, en Syrie, inscrite par l'Unesco au patrimoine mondial de l'Humanité.

V.R.