BFMTV

Londres: des dizaines de milliers de manifestants défilent contre la visite de Donald Trump

-

- - TOLGA AKMEN / AFP

Les contestations devraient se poursuivre durant l'ensemble du séjour britannique du président américain, qui s'achève dimanche soir.

La première visite officielle de Donald Trump au Royaume-Uni ne plaît pas à tout le monde. Convié quelques temps seulement après son élection en 2016 par la Première ministre Theresa May, le locataire de la Maison-Blanche aura mis un an et demie à honorer l’invitation, dans une période tendue et dans un climat hostile.

Quelques jours avant de fouler le sol londonien, Trump avait en effet sévèrement critiqué la dirigeante britannique dans les colonnes du Sun, estimant qu’elle ne "menait pas la politique de Brexit comme il le faudrait" et qu’un "deal" avec l’Union Européenne se rapprocherait. Le cas échéant, l’édile américain a laissé sous-entendre que les relations entre les deux pays s’en retrouveraient altérées.

Plusieurs milliers de personnes réunies

Ce vendredi, plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient rassemblées dans le centre de Londres pour montrer leur mécontentement vis-à-vis de la politique du président américain. Une marche, qui devrait durer plusieurs heures, est prévue autour de Parliament Square aux cris de "Trump not welcome" (Trump n’est pas le bienvenue, ndlr). Sur les nombreuses photographies, de nombreuses pancartes hostiles à Trump, aux messages engagés, se comptent par centaines.

Les contestations sur devraient d’ailleurs suivre Donald Trump au fil des étapes de son périple britannique. Les organisateurs rêvent même de faire de ce mouvement, baptisé "Carnaval de la contestation", le plus grand rassemblement militant depuis les manifestations contre l'intervention militaire américano-britannique en Irak de 2003.

"La protestation contre Trump sera une véritable célébration de la diversité que nous aimons au Royaume-Uni, et enverra un signal fort que son message de haine et de division n'est pas le bienvenu dans ce pays" a expliqué Chris Nineham, membre de l'organisation pacifiste Stop the War Coalition.

Le "flop" du Baby Trump

Prévu de longue date et autorisé par le maire de la ville Sadiq Khan, le survol de la ville par un ballon représentant Donald Trump en bébé n’a pas fait long feu. Au moment du décollage, The Sun rapporte que seuls une poignée de manifestants étaient présents pour assister à l’envol qui n’a finalement duré que deux petites heures.

De nombreuses personnes, dont les réseaux sociaux ont été l’écho, se sont étonnés de la petite taille du ballon, dont la création avait été aidée par une campagne de crowdfunding. Toujours cité par le Sun, un internaute déçu ironise: "Je m’attendais à voir un ballon de la taille du dirigeable Hindenburg."

Les manifestations devraient continuer une partie de la journée, alors qu’une réunion entre Donald Trump et Theresa May est prévue cet après-midi. Durant cette étape londonienne, le président américain devrait également s’entretenir avec la Reine Elisabeth II.

Hugo Septier