BFMTV

Le Drian: "Trump veut déstabiliser l'Union européenne"

Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, est l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin sur RMC et BFMTV.

C'est un rendez-vous particulièrement crispé qui s'est achevé jeudi soir avec la réunion de l'Otan à Bruxelles. Mais Jean-Yves Le Drian préfère en tirer un bilan positif: "Ce sommet s'est bien passé, le communiqué final a été validé par les 29 pays, dont les Etats-Unis", affirme ce vendredi matin le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, invité de BFMTV et RMC, insistant sur le "côté très important" de cette décision, car "la sécurité collective, c'est notre sécurité".

Un sommet encore marqué par l'attitude de Donald Trump, et notamment ses déclarations au sujet de Theresa May, la première ministre britannique, et son projet pour le Brexit: "S'ils font un tel accord, nous traiterions avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni", a déclaré le président américain. Une véritable bombe pour les Britanniques, alliés historiques des Etats-Unis.

"Trump est très cohérent depuis le début"

"Je pense que le président Trump est très cohérent depuis le début", commente notre invité. "Il considère que seul le rapport de force paye et que toute considération extérieur à ce rapport de force d'un pays à un autre ne doit pas être respectée et retenue."

"Depuis qu'il est à la tête des Etats-Unis, il entreprend une forme de déconstruction de tous les outils multilatéraux, de tout ce qui fait l'organisation de la vie en commun de la planète, pour être seul de décider de sa relation avec tel ou tel pays", poursuit le chef de la diplomatie française. Avant de lister toutes les avancées remises en cause par Donald Trump depuis son arrivée à la Maison Blanche:

"Il remet en cause l'accord sur le climat, il remet en cause l'accord sur l'Iran, il remet en cause, y compris des modes de fonctionnement des Nations-Unies, et il ne supporte pas qu'il y ait un ensemble qui s'appelle l'Union européenne qui soit solidaire et déterminé, et il prend à l'égard de l'Europe des initiatives, notamment dans le domaine commercial, visant à la déstabiliser."

"Nous ne nous laisserons pas faire"

"Mais l'Europe ne se laisse pas déstabiliser", martèle Jean-Yves Le Drian, qui prend pour exemple l'actuel "conflit commercial" avec les Etats-Unis: "Le président Trump a décidé de prendre de des mesures de douanes sur l'acier et l'aluminium qui pénalisent a priori et d'abord ses propres alliés qui sont ses alliés européens membres de l'Otan, mais il le fait quand même. L'Europe a réagi en prenant des contre-mesures, à l'unanimité, pour dire aux Etats-Unis, 'nous ne nous laisserons pas faire, nous ne voulons pas parler sous la pression et la menace'." 

"Nous ne sommes pas aujourd'hui dans une guerre commercial, mais ça commence à y ressembler", ajoute-t-il. Avant de conclure. "Et pour cela il faut une Europe forte et déterminée."
Jé. M.