BFMTV

Otan: quand Trump avertissait Merkel à quelques jours du sommet

-

- - -

Quelques jours avant sa venue au sommet de l'Otan, qui s'ouvre ce mercredi à Bruxelles, le président américain avait directement interpellé la chancelière allemande pendant un meeting, au sujet de ses dépenses militaires.

Donald Trump n'est visiblement pas décidé à épargner Angela Merkel. Le sommet de l'Otan s'ouvre ce mercredi à Bruxelles, où Donald Trump est arrivé mercredi soir. Les deux jours de discussions entre les pays membres de l'Alliance devraient être dominés par le contentieux sur le montant des dépenses militaires de chacun

"Tu sais, Angela..."

Dès la semaine dernière, le président américain avait annoncé la couleur, en interpellant directement la chancelière allemande Angela Merkel sur son budget en matière de défense, lors d'un meeting organisé à Great Falls, dans le Montana, rapporte Le Figaro.

"Tu sais Angela, je ne peux pas le garantir, mais nous vous protégeons, et cela veut dire plus pour vous parce que nous, nous ne savons pas quelle protection nous recevons en vous protégeant", avait lancé Donald Trump face à la foule de supporteurs venus l'acclamer, et qui l'avaient approuvé en huant l'Allemagne et sa faible participation financière au sein de l'Otan. 

Un sommet sous tension

Lors de ce meeting, Donald Trump a également critiqué le fait que Berlin s'approvisionne en gaz auprès de Moscou. "Vous voulez être protégés de la Russie et vous payez des milliards de dollars à la Russie! Et nous sommes les seuls nigauds qui payons pour tout".

Le ton des Etats-Unis à l'égard de l'Allemagne est donc donné, et l'ambiance devrait être particulièrement tendue pendant ces deux jours entre Donald Trump et Angela Merkel. Les piques ont d'ailleurs été envoyés dès ce mercredi matin. Au premier jour du sommet, Donald Trump a lancé une attaque frontale contre l'Allemagne, toujours au sujet de ses approvisionnements en énergie en Russie. 

"L'Allemagne enrichit la Russie. Elle est prisonnière de la Russie", a-t-il martelé dans une longue diatribe contre la première puissance économique de l'Union européenne. 

"L'Allemagne est complètement contrôlée par la Russie. Elle paie des milliards de dollars à la Russie pour ses approvisionnements en énergie et nous devons payer pour la protéger contre la Russie. Comment expliquer cela? Ce n'est pas juste", a-t-il encore asséné.

L'objectif des 2% du PIB non atteint par tous 

Ces derniers mois, le président américain s'en est pris à plusieurs reprises aux membres européens de l'Otan et au Canada pour ne pas respecter leur engagement à consacrer 2% de leur PIB à la défense en 2024.

Les dépenses militaires des Etats-Unis ont représenté en 2018 près de 70% des dépenses militaires totales de l'ensemble des 29 pays de l'Otan. Le Royaume-Uni arrive en deuxième position avec 61 milliards de dollars, suivi de la France (52 milliards) et de l'Allemagne (51 milliards).

En termes de pourcentage du PIB, les Etats-Unis sont de loin le plus gros contributeur de l'Otan, avec 3,50% en 2018. La Grèce est en deuxième position (2,27%), suivie de l'Estonie (2,14%), du Royaume-Uni (2,10%) et de la Lettonie (2%). Ce sont les seuls pays européens a avoir déjà atteint l'objectif de 2% du PIB. La Pologne est à 1,98% en juillet 2018, la Lituanie à 1,96% et la Roumanie à 1,93%. Ces trois pays devraient avoir atteint l'objectif d'ici la fin de l'année 2018.

La France atteint 1,81% tandis que l'Allemagne, première économie européenne, n'est qu'à 1,24%, ce qui en fait une cible privilégiée de Donald Trump. 

"Rembourseront-ils les Etats-Unis?"

Mardi, à la veille de l'ouverture du sommet de l'Otan, le président américain en a remis une couche sur Twitter.

"Plusieurs pays au sein de l'Otan, que nous sommes supposés défendre, n'ont pas atteint leur engagement de 2% (ce qui est bas), mais sont aussi des délinquants pour ne pas avoir avoir payé pendant des années. Rembourseront-ils les Etats-Unis?", a ainsi écrit Donald Trump sur le réseau social, quelques heures avant d'atterrir à Bruxelles. 
A.S.