BFMTV

Irak: un 8e Français condamné à mort pour appartenance à Daesh

Drapeau de Daesh (illustration)

Drapeau de Daesh (illustration) - AHMAD AL-RUBAYE / AFP

En deux semaines, huit jihadistes français ayant rejoint l'organisation terroriste Daesh ont été condamnés à la peine capitale. La France assure "multiplier les démarches pour éviter la peine de mort" à ces ressortissants.

Un tribunal antiterroriste de Bagdad a condamné à mort ce dimanche Fodil Tahar Aouidate, 32 ans. Il est le huitième Français à écoper de cette peine pour appartenance au groupe jihadiste Daesh.

Le procès de cet homme qui, comme 10 autres Français et un Tunisien, a été transféré début janvier de Syrie - où il était détenu par une force kurde anti-Daesh - vers l'Irak, s'était ouvert le 27 mai. Le tribunal a rejeté ses allégations selon lesquelles ses aveux auraient été obtenus sous la torture.

"Eviter la peine de mort"

Face à cette série de condamnations à la peine capitale, la France a affirmé qu'elle "multipli(ait) les démarches pour éviter la peine de mort" à ces ressortissants. Les défenseurs des droits humains dénoncent par ailleurs "de vrais risques de torture" et "aucune garantie pour des procès équitables" en Irak, 12e pays le plus corrompu au monde selon l'ONG Transparency International.

Ces verdicts relancent également le débat sur l'épineuse question des jihadistes étrangers: le retour dans leur pays d'origine suscite un vif rejet dans l'opinion publique en Europe, où des Etats comme la France refusent dans le même temps la peine de mort et tout retour - et jugement - de ses ressortissants affiliés à Daesh.

Ambre Lepoivre avec AFP