BFMTV

INFOGRAPHIES. Où en est la pandémie de Covid-19 dans le monde ?

Dépistage du coronavirus dans un laboratoire de Barcelone, en Espagne, le 3 août 2020

Dépistage du coronavirus dans un laboratoire de Barcelone, en Espagne, le 3 août 2020 - Pau BARRENA © 2019 AFP

Si le Covid-19 n'est plus aussi virulent en Europe depuis le mois de mai, il cause encore des milliers de victimes chaque jour dans le monde, notamment en Amérique.

Alors qu'en France, la circulation du virus inquiète de plus en plus les autorités, qu'en est-il dans le reste du monde ? Si on regarde le nombre de décès cumulés tous pays confondus, il semble que nous soyons au début d'une deuxième vague.

De janvier à mars 2020, on comptait "seulement" quelques dizaines de victimes par jour dans le monde, principalement localisées en Chine, en Corée du Sud et en Iran. Puis, le virus s'est largement répandu en Europe, causant des milliers de décès - jusqu'à 7000 par jour. Les pays les plus touchés furent l'Italie, l'Espagne, la France et le Royaume-Uni.

Une forte hausse depuis le mois de juin

Après avoir atteint un pic mi-avril, le nombre de décès quotidiens a légèrement reculé jusqu'en juin (redescendant à environ 4000 morts par jour dans le monde) puis est reparti à la hausse, principalement à cause de l'expansion du virus aux Etats-Unis et en Amérique du Sud. Le Pérou, le Chili, la Colombie mais surtout le Brésil ont été durement touchés.

Depuis, le nombre de victimes rattrape progressivement les seuils records enregistrés en avril. Fin juillet, on comptait environ 6000 décès par jours dûs au coronavirus. L'infographie ci-dessous montre l'évolution de ces chiffres depuis le début du mois de janvier.

Première et deuxième vague selon les pays

Cette hausse du nombre de morts est loin d'être uniforme. En Europe par exemple, peu de pays sont concernés pour le moment. En Amérique latine, la plupart des états font face à leur première vague. Les Etats-Unis et l'Iran semblent eux confrontés à une deuxième vague, comme le montre les courbes ci-dessous.

Même si elles sont intéressantes, ces données ne permettent pas de comparer équitablement les pays. L'Inde possède par exemple 100 fois plus d'habitants que la Bolivie. Il faut donc rapporter le nombre de victimes à la population de chaque état pour mieux se rendre compte de l'impact du Covid-19.

Belgique, Royaume-Uni, Espagne: les trois pays les plus durement touchés

L'infographie ci-dessous rassemble le nombre de victimes par millions d'habitants, dans les pays en ayant au moins 250.000. Une fois ce critère pris en compte, le bilan français figure parmi les plus élevés au monde.

Il reste cependant compliqué de comparer la pandémie d'un pays à l'autre. Tous les pays ne testent pas leurs populations dans les mêmes proportions et de la même manière, ce qui biaise les comparaisons se basant sur le nombre de cas. Bien que le nombre de morts soit un critère relativement fiable, certains décomptes nationaux de victimes sont critiqués par les spécialistes.

Chine, Brésil, Russie... Certains bilans sous-estimés ?

Certains bilans sont régulièrement jugés comme étant sous-estimés par les autorités. C'est notamment le cas pour la Chine - qui n'affiche officiellement que 4500 victimes mais qui pourrait en compter entre 40.000 et 60.000 selon Marie Holzman, présidente de Solidarité Chine interrogée par Ouest-France en avril. Le Brésil et la Russie sont également régulièrement pointés du doigt.

D'autres pays ont au contraire peut-être légèrement "exagéré" leurs chiffres, comme la Belgique, qui a également intégré à ses bilans toutes les personnes décédées soupçonnées d'être mortes du Covid-19, bien qu'elles n'aient pas été testées avant leurs disparitions. Une méthodologie qui explique l'important écart avec les autres pays du monde mais qui est toutefois saluée par l'Organisation mondiale de la Santé.

Louis Tanca Journaliste BFMTV